1
min

Mon dialogue complice avec Baudelaire : L'HORLOGE

16 lectures

3

Dialogue complice avec Baudelaire ; L ‘HORLOGE

Charles Baudelaire
Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit : " Souviens-toi !
Les vibrantes Douleurs dans ton cœur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible ;

Claire
Elle tricote le temps indifférente et moud
Les graines de l’heure qui pour nous décompte
Sans savoir si demain, la mort que l’on affronte
Nous plongera dans la peur, ou bien le dégoût

Charles Baudelaire
Le Plaisir vaporeux fuira vers l'horizon
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.

Claire
La trame de la vie est un fil qui s’étire
Jusqu’à cet infini que l’on ne connaît pas ;
Mais qu’on tissa d’amour, d’espoir et de sourire
Ou d’un cercle de peurs , sans l’ombre d’un compas.

Charles Baudelaire
Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote : Souviens-toi ! - Rapide, avec sa voix
D'insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,
Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !

Claire
Tu l’as gaspillée, sans savoir sa valeur
En oubliant hélas, qu’elle était précieuse
Ta vie, d’ici-bas dans la nuit silencieuse
Quand le sommeil fuyait, ton esprit ressasseur.

Charles Baudelaire
Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor !
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or !

Claire
Te rappelleras-tu lorsque la déchéance
Aura flétri ton corps, gommant le souvenir
Des visages aimés, que tu vois rajeunir
Au moment du trépas, dernière échéance

Charles Baudelaire
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c'est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

Claire
Médite seulement à ces instants restant
A t’énivrer encor de la tendre présence
De celle ou de celui, qui depuis tout ce temps
Ne compte ses heures, ni cherche récompense

Charles Baudelaire
Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard,
Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le Repentir même (oh ! la dernière auberge !),
Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard ! "
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Philippe Barbier
Philippe Barbier · il y a
magnifique
·
Image de Montse
Montse · il y a
J'adore !!!..je vous adore ..quel plaisir de vous lire vous et votre illustre Baudelaire, un tête à tête vibrant m’inspire tant de choses que j'oserais peut-être un jour conté ...et j'en demande encore merci pour ce moment de plaisir !
·
Image de Duje
Duje · il y a
Ô , temps suspends ton vol ! Vous baignez avec aisance et éloquence dans les esprits torturés .
·