MON AMOUR

il y a
1 min
0
lecture
0
Chaque nuit, mon âme se suicide
Et le jour venu, il retrouve sa vie,
Mais les draps collent à mon corps et mes paupières sont jointes avec du ciment,
Je me lève avec mon corps tremblant, je me lave les yeux et je veux me remplir de tout.
Ma salive est amère, je me sens fatiguée, mais je suis comme une chenille qui devient un papillon monarque,
Alors ma solitude me cloisonne,
Des mots impitoyables grimpent dans ma gorge, me tuent, me ressuscitent, me poussent,
Je sors pour me promener à la lumière du jour, je change avec les poisons que j'avale,
Je suis une autre qui attend et attend, alors tu arrives et tu t'endors avec moi,
Je me sens plus forte, la fatigue a disparu, mes yeux sont lucides
Et je me demande si tu es mon sort, et d'où viens-tu,
Parce que je te cherchais tous les jours, chez tous les hommes, dans tous les coins.
J'ai du mal à te reconnaître, tu sembles vieux et enfant en même temps,
Tu me donnes un champ de fleurs, et tu peins le ciel violet, tu bouges tes mains
Et tu me prends par le bras.
Je suis à bout de souffle, j'ai attendu si longtemps...
J'apprends de toi, plus de moi-même, tu es un miracle dans toute ma fragilité.
Tu es mon refuge,
Comme l’eau que souffle, mon amour, tu me rappelles :
Qui suis-je, qui ai-je été et qui serai-je ?
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !