Min père (Mon père)

il y a
2 min
494
lectures
114
Qualifié

Julien, 81 ans. Depuis 5 ans j'écris et Je remercie toutes celles et ceux qui par leur bienveillance et leur soutien, m'ont encouragé à poursuivre cette merveilleuse expérience. Je leur dois ... [+]

Image de Grand Prix - Automne 2021
Image de Poèmes

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Quand y r'veno d'eul fosse, l'jour qui'étot du matin,
J'pouvos aller l'arquèr tout au bout du gardin.
Sur sin visage tout noir je n'véyo qu'sin sourire,
Din l'voyette mes tiotes gampes y s'métotent à courir.
Pour pas qu'j'y fasse in'n baisse y métot s'main su m'tiète,
I n'voulot pas m'salir y'étot noir comme un nèque.
Y'avot in'n drôle d'odeur, un mélange eu'd poussières,
J'l'ai encor din min nez, ch'étot l'parfum d'min père.
Quand il revenait de la mine le jour qu'il était du matin
Je pouvais aller le rechercher tout au bout du jardin
Sur son visage tout noir je ne voyais que son sourire
Dans l'allée mes petites jambes se mettaient à courir
Pour pas que je lui fasse un baiser il me tenait la tête
Il ne voulait pas me salir il était noir comme un nègre
Il avait une drôle d'odeur, un mélange de poussières
Je l'ai encore dans mon nez, c'était le parfum de mon père

Ché din l'arrière-cuisine qui déballot s'musette,
Y sortot des racourches ou ben in'n grosse gaillette,
Il allot tout duchmin pou m'faire inmarvoyer,
Chétot l'pain d'alouette qui sortot in dernier.
Z'étottent bonnes ses tartines, qu'il étot bon sin pain,
Meilleux que ch'ti que m'mère nous beurrot au matin.
Y'avot un goût d'épices un arrière-goût d'poussière,
Je l'ai encore su m'langue, ch'étot l'parfum d'min père.
C'est dans l'arrière-cuisine qu'il déballait sa musette
Il sortait des morceaux de bois ou bien un un bloc de charbon
Il allait tout doucement pour me faire enrager
C'était le pain qui avait séjourné au fond de la mine qu'il sortait en dernier
Elles étaient bonnes ses tartines, qu'il était bon son pain
Meilleur que celui que ma mère nous beurrait au matin.
Il avait un goût d'épices un arrière-goût de poussière
Je l'ai encore sur ma langue, c'était le parfum de mon père

L'caudron posé par tierre din l'cuisine l'attindot,
In'n grosse peugnée d'potasse pour adoucir eul'ieau
I c'minchot par eus tiète à faire mousser ses ch'feux
Mi j'n'osos pu r'viser quand i lavot ses yeux.
Après j'devos sortir quand m'mère lavo sin dos,
Des fos ch'étot ben long avant qui sorte de l'ieau !
In'n véyot pu les traces eud sin traval sous l'tierre
Y'étot d'venu l'pu bieau, qu'j'étos fier eud min père ! 
Le chaudron posé par terre dans la cuisine l'attendait
Une grosse poignée de cristaux de soude pour adoucir l'eau
Il commençait par sa tête à faire mousser ses cheveux
Moi je n'osais plus regarder quand il lavait ses yeux
Après je devais sortir quand ma mère lavait son dos
Parfois c'était bien long avant qu'il sorte de l'eau !
On ne voyait plus les traces de son travail sous la terre
Il était devenu le plus beau, que j'étais fier de mon père !

Les fusils ou les crosses n'l'ont jamais fait r'culer,
Pour nous donner du pain i s'arot fait tuer
Peut-être que sans l'vouloir i m'a montré l'quémin
Quitte à y laisser s'pieau jusqu'au bout in s'défind.
Mineur il a été, mais pour mi et min frère
Il a r'fusé qu'in rinte din sin métier d'misère.
Quand i nous a quitté y'est r'parti padzous l'tierre
Y n'est jamais r'monté... qu'teu m'as manqué min père.
Les fusils ou les crosses ne l'ont jamais fait reculer,.
Pour nous donner du pain il se serait fait tuer
Peut-être sans le vouloir il m'a montré le chemin
Quitte à laisser sa peau jusqu'au bout on se défend
Mineur il a été, mais pour moi et mon frère
Il a refusé qu'on rentre dans son métier de misère.
Quand il nous a quittés il est reparti sous terre
Il n'est jamais remonté... que tu m'as manqué mon père
114

Un petit mot pour l'auteur ? 193 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Agnès Rémond
Agnès Rémond · il y a
Un très bel hommage à votre père. Un texte très émouvant.
Image de jusyfa julien
jusyfa julien · il y a
Merci Agnès, à bientôt sur vos lignes.
Julien.

Image de Corinne Val
Corinne Val · il y a
Ne pas oublier ce parfum... un hommage profond
Image de jusyfa julien
jusyfa julien · il y a
Merci Corinne à très vite.
Julien.

Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
De la tendresse et un magnifique hommage .On n'oublie jamais ses racines. Bravo Julien pour ce poème émouvant
Image de Irvin Rtr
Irvin Rtr · il y a
Sublime.
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Bonjour "jeune homme". Un bien bel hommage à votre père et à sa génération que vous nous avez offert là! Mon oncle était fils de mineur. Polonais. Il est parti il y a bien longtemps, mais en vous lisant je l'ai revu lorsqu'il me parlait de son père qui lui, a eu la chance d'en être remonté! Dire que nos s contemporains se plaignent de leur boulot! La traduction est la bienvenue car de langue d'oc, la votre, bien que plaisante, m'est délicate d'approche. Mais derrière toutes les langues se lovent des cœurs d'aimants; c'est pour cela que beaucoup se comprennent.
Image de Marie Lacroix-Pesce
Marie Lacroix-Pesce · il y a
L'émotion au cœur des mots!
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Mon père vient du Nord, comment ne pas être touchée par ce texte, dont je ne lis pas la traduction en français, préférant me laisser porter par le chti même si je ne comprends pas tout ...
Image de jusyfa julien
jusyfa julien · il y a
Merci Annabel, vous avez raison, mieux vaut le lire après car on perd la musique et les rimes dans la traduction.
Bon dimanche.
Julien.

Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Bon dimanche à vous, Julien, et merci pour cette belle découverte.
Image de Cristo R
Cristo R · il y a
Un tour de force littéraire dans la langue maternelle qui fait suite à l'hommage à la mère .

J'ai connu des mineurs A travers ce texte qui est un vibrant hommage au père, on pense à ces hommes sacrifiés au cours des siècles qui savaient le danger de leur métier . On se souvient de la grande grève des mineurs de 1963 et de la solidarité de l'époque Les temps ont changé. mais les mineurs souffrent toujours ici et ailleurs....

Longue vie à ce texte.

PS j'ai écrit un petit texte sur les mineurs il y a quelques années mais il n' a pas la même beauté

Image de jusyfa julien
jusyfa julien · il y a
Votre commentaire me touche beaucoup, votre passage m'honore, merci !
Julien.

Image de Zou zou
Zou zou · il y a
Si bel hommage...
Image de Margue xx
Margue xx · il y a
un parfum de ch'nord bravo julien super

Vous aimerez aussi !