1
min

Migrations

18 lectures

6

Dans le froid vif du matin
J'ai entendu passer les grues
J'ai vu leurs vols incertains
Cherchant leur chemin dans les nues

Guidées par leur instinct de vie
Elles fuient les contrées dangereuses
En quête de ces paradis
Où la nature est chaleureuse

Ce grand voyage est incertain
Des cadavres parsèment leur route
Mai à aucun moment le doute
N'interviendra dans leur destin.

Et c'est ainsi pour les humains
Sédentaires par vocation
Mais à la migration contraints
Pour des histoires de religion.

Mais leur fuite est une illusion,
Aucun espoir de paradis
Pas d'heureuses destinations
Devant eux que des interdits...
6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un beau poème sur la migration des humains en parallèle avec celle des oiseaux. Mais si les oiseaux fuient les hivers pour trouver un meilleur climat, il en va tout autrement pour les humains trompé par le miroir aux alouettes (pour filer la métaphore oiselière). Bravo, Michel, pour votre œuvre à laquelle Mumba, que vous avez apprécié, fait écho. Un grand merci aussi pour votre fidélité à mes écrits.
·
Image de Ghislaine Barthélémy
Ghislaine Barthélémy · il y a
Malheureusement pour nous, nous ne sommes pas des oiseaux ! Beau poème qui mène à la réflexion... j'aime.
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
La comparaison avec les animaux est en notre défaveur !
Apprécierez-vous "Un scoop" écrit pour le prix Imaginarius ?

·