1
min

Mieux que rien

Image de Peter Reijnen

Peter Reijnen

2 lectures

0

Quand je croise ton regard délavé,
Par une infinie tristesse,
Plongé dans le vague,
En contre-plongée,
Car tu es assis, et je suis debout,
J'ai si mal pour toi,
Que souvent je me tais et passe mon chemin.

Pourtant, quand le froid hivernal s'installe,
Je pense à toi.
J'imagine comment tu fais pour résister,
Nuit sur nuit, hiver sur hiver,
Sur un simple carton, jonché sur le trottoir ou sous un pont.

Parfois, tu partages la chaleur d'un chien fidèle,
Il a presque le même regard que le maître,
Il ne se plaint pas, il est juste là, avec toi...

Ton besoin d'ivresse quotidienne,
Ephémère consolation,
Est ton ancre au havre qu'est le fond de ton puits.

Comment en es-tu donc arrivé là?
Etait-ce le programme de ta Vie?
Descente aux enfers abrupte ou lente torture?
J'ai des questions plein la tête,
A la vue de ton désespoir,
Te proposer une pièce me semble si dérisoire,
Que bien souvent je trace ma route, comme un lâche.

Demain, je te promets,
Quand à nouveau, je le croiserai, ton regard,
Je m'arrêterai, et je te dirai un mot ou deux,
Et au creux de ta main,
Je la poserai, la pièce,
Car c'est mieux que rien.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,