Mi Amor

il y a
2 min
1 489
lectures
87
Lauréat
Jury
Recommandé
Image de Automne 2012
C'est l'histoire de Monsieur M qui tentait de séduire Madame N. Monsieur M était fou amoureux de Madame N et même si Madame N ne l'aimait pas, ce pauvre M ne cessait de lui asséner ces poèmes où se mélangeaient N et M dans un anathème envenaimé. Et Monsieur M et Madame N jouaient au jeu de l'amour sans se douter qu'entre deux lettres seul le regard décide de ce que l'on sème et de ce que l'on saigne.

Je t'aime ! Je t'aime ! Je t'aime ! Et j'ai ce M comme une lettre dont je ne sais quoi faire. Et j'essaime ces blasphèmes que je ne sais pas taire. Et j'emmène ce thème le long de tes pas d'artificière. R. R. Tu veux de l'air ? Je te donne mon R. Oui je te le donne. Je te donne cet air, joyeux mélancolique agressif, mêlant colique et pénitence dans cette pénible danse, dans ces entrechats d'un pauvre hère, là où l'errance commence et sonne comme une évidence lorsque tu penses : « Je n'ai pas de M pour toi. »

Alors j'écorcherai ton nom le long de cette peau.

O. O. Tu veux de l'eau ? Je te donne mon O. Oui je te le donne. Je te donne tous mes vers d'eau, que tu t'abreuves à leur hauteur, de cette heure mortifère lorsqu'on va cajoler l'indicible du bout des doigts, lorsqu'on s'emmêle à l'invisible des bouts de toi. Oblitère-moi oblitère-moi oblitère-moi ce corps sans loi. Encore encore encore lorsqu'on s'envole si haut d'un juste mot en aller-retour, éclair si momentané, express if you want baby ! Lorsqu'on plonge si profond et mens-moi encore si tu peux. Tu n'es pas concerné ? Moi je le suis ! Con con con cerné de questions, de réponses, de pensémotions et de sentiments alambiqués de houblon multimolletoné tombés au fond de mes verres d'eau. Oui viens visiter ici l'hécatombe de mes vers. Ils sont dans le bon ton... beaux...

Alors j'écorcherai ton nom le long de cette vie.

I. I. Tu veux de Lui ? Je te donne mon I. Oui je te le donne. Je te donne tous mes morceaux de lui, ses envies, ses jolis, ses esprits. Es-tu là ? Tu es là ! Tu es là ! Tuez-la ! Que je respire de nouveau ! Non ! Je vous l'interdis ! Non ! Qu'elle vive, que j'espère ! Ou que j'expire d'exquises esquisses mystèramoureuse, lorsqu'on défie l'indescriptible flirte sans flair enferré dans les immondes vices, ces râles d'un monde endormi en cauchemar où ta couche où ta vie sert de lien entre moi toi moi toi moi toi serre-moi serre-moi enserre-toi de cette vie asservie et dis-toi que tu m'es... viscérale.

Tu aimes les lettres, tu les uppercutes. Prends les miennes. Je te les donne toutes. Je n'en veux plus. L'horizon en noir et jaune lorsque l'oraison chantera le soir atone d'une seule évidence, danse danse danse sous les ambitions raisonnables de nos pairs effondrés de ne voir que des jamais jamais jamais j'aimais j'aimais ce... Laisse. Je suis le chien de ses passions assassines qui ne te... Rien qu'un essoufflement, l'incapacité de respirer en regardant ton... C'est l'inacceptable, c'est l'inébranlable, c'est l'inénarrable lettre, la dernière, celle par qui tout commence, celle par qui tout fini. Je te la donne aussi. Ce A d'am... Ce A d'a... Ce A comme, comme... l'histoire qui finit mal qui finit bien qui ne finit pas qui finit comme on veut ! Alors dans une simple évidence, je m'effacerai, je te quitterai, avant que ce M ne se transforme en N.

Recommandé
87

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !