Mes 3 coups

il y a
1 min
1
lecture
0

Saigner nu dans ses boues.... avoir un regard plus grand que la Terre et n'y voir que des étoiles  [+]

Mes 3 coups.


Dans la pénombre des coulisses me parviennent par éclats la rumeur, les rires et les silences du public tapi comme une ombre mouvante, prête à fondre dans la brèche du rideau à s’ouvrir.
C’est dans cette jungle obscure, éclairée par les rais de lumière qui percent le décor que j’impatiente notre rencontre.
Résonne en ma tête vide la vague puissante du bruit de la salle où se cache l’ogre bienveillant, public affamé.
Mal assuré mon corps tremble sur mes jambes qui déjà ne m’appartiennent plus tant l’autre, celui que je vais être, m’a tout pris, sauf la peur. Mes mots ne sont plus les miens qui cherchent en vain les siens.

Chargé de toutes les histoires du monde, le plancher craque sous mes pas mal assurés. Les lattes disjointes, comme échardes de tant de chorégraphies malhabiles, transpirent mes émotions frileuses et suintent mes trouilles. Je voudrais que le temps s’arrête, le temps des autres.

À ces quelques mots glissés à mon oreille « On va y aller », ma poitrine contient mal un coeur qui déjà bat pour l’autre et que l’ogre attend.

Trois coups. Le rideau s’ouvre.

Mille soleils inondent la scène.

Le théâtre n’est plus qu’un vaisseau emporté dans le tourbillon d’un leurre, une douce évasion. Aucun ne souhaite être repris.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !