Mémoire d'un exilé

il y a
1 min
22
lectures
8
Je m'en allais comme un pèlerin
A la recherche du lendemain.
Pêché sur le front du bateau,
Que peut bien-t-il se trouver là haut ?
Les heures passent, les jours s'effritent.
Le regard jaunit dans cette suite,
Les paupières blanchis par le temps qui fuit,
D'où l'hiver des montagnes vient voiler.
Une femme gaiemante et aimante à penser,
Le sourire inquièt, se demande si je vais rentrer.

Je m'en allais comme un voyageur.
Lorgnant avec rumeur cette frayeur.
Cette escouade métallique en forme d'oiseaux,
Aux mouvements d'hirondelles, joufflue d'yeux de chouettes;
Même aujourd'hui encore, la jungle me suis à pas de mouettes.
Tout cet air qui voyage dans mes poumons!
Ais-je vraiment trouvé la libération ?

Je m'en allais loin, le regard figé au passé.
Et s'ouvre l'armoire où s'entrechoquent des souvenirs oubliés.
Les larmes ruissellent et sèchent subitement.
Et la vie reprend son coût inévitablement.
Dois-je toujours culpabiliser ?
L'encre de l'avenir est-elle vraiment scellée ?

Je m'en allais où tout n'allait plus!
Entendre ces rimes de rimes qui riment tant de mélodies;
Un compositeur, un maçon de coeur, un érudit,
L'art des rois me peint, enrôlé au nouveau recru.
Sous le versant du précipice qui tire vers le bas,
Ma vie sera le centre de tous les débats.
Qu'ais-je fait de bienheureux ?
Maman me dirait sûrement '' Fils, qu'as-tu fait de mieux'' ?

Je m'en allais tel un spectateur imprudent, d'endroit en endroit.
Plongeant mes larges yeux dans des exploits
Que d'autres ont savouré aux confins des croisières,
Me demandant, tiens! Quant-est-ce que je graverai mes joies dans la pierre ?
8

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,