Mary Lou

il y a
1 min
106
lectures
65
Qualifié

Surveillant d'externat - conseiller d'éducation au lycée Privé Théophile LEGRAND de Louvroil, ville mitoyenne de Maubeuge, étudiant en théologie à l'Université Catholique de Lille. La  [+]

Image de 2018
Image de Poèmes
À l’Aube du soir venu qui traîne dans son sillage
Des silences langoureux qui me tiennent compagnie
Dans mes trop longues nuits muettes et bien trop sages
Tout me rappelle ici, l'ennui. Tu es partie...

Ah ! Si tous mes regrets, douloureux souvenirs
Pouvaient enfin se perdre et puis surtout se taire
Comme ces ressentiments qui sans cesse me poursuivent
Ces mensonges rassurants dans lesquels je me terre

Quand on aime, on a tort, on se trompe et on ment
Pourquoi faut-il toujours, est-il plus grand mystère ?
Dans le grand labyrinthe de tous nos sentiments
S'égarer, se trahir et puis un jour se perdre ?

Assis dans la pénombre dans ce calme trompeur
Je suis toujours surpris de te sentir encore
Vautré dans ton absence parmi tous mes remords
Ton canapé fétiche a gardé ton odeur

Tes pieds nus et ce short usé et bien trop court
Tes cheveux parcourus par tes doigts délicats
Un stylo à la main sur une page qui court
Te regarder écrire, souvent je restais là

Les coussins en mémoire, ont conservé depuis
Un peu jalousement, enfouis, tous nos murmures
Les formes de ton corps que je devine aussi
Gisent comme empreinte telle une meurtrissure

On ne pourra jamais et c'est tant mieux je pense
Revivre ou réécrire ce que l'on a raté
Le temps, impitoyable n'accorde que peu de chance
À ceux qui n'ont pas su tout simplement s'aimer

L'amour ne survit pas ? Pourtant, quoi qu'on en dise
Je le ressens, encore, si fort, c'est à regret
Qu'il me suffit à peine d'entrevoir ton sourire
Pour comprendre un peu tard, combien tu manquerais...
65

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,