Mardi bleu

il y a
1 min
17
lectures
1
J’ai le blues des soirs maussades,
Ton image glisse sur les montagnes marrons et noirs.
La clope au bec à un goût fade,
Les secondes sont des heures, dans ma tour d’ivoire.
Les murs fripés forment des bouches,
Qui chantent en chœur, la violence de ton ombre.
Reine mélancolie dans mon lit se couche,
Et le temps regarde la bougie se fondre.

Chagrin d’été quand le spleen souffle.
La tête dans la bière, le chagrin dans les pantoufles.

Sous la lune les fous qui hurlent en horde.
Autour du feu, la liberté de chialer sa peine,
Et tout les cris dans la nuit s’accordent,
Pour crier ton nom ma belle madeleine.

Et tu valses avec les lignes du crépuscules
Te jouant à tes grès, des molécules.

Tout est soluble et visqueux,
Quand y’a plus la lueur de tes yeux
Pour éclairer l’sentier d’mes chimères,
Loin de toi j’me sens seul sur Terre.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Stephanie Bruzzone
Stephanie Bruzzone · il y a
J’aime votre spleen poétique avec ces descriptions d’émotion brutes et d’autres + nuancées .
J’aime la musicalité de vos rimes.
Bravo, heureuse de vous connaître ;)

Image de Niels Herzhaft
Niels Herzhaft · il y a
Merci beaucoup Stéphanie !