Malgré les pluies monotones...

il y a
1 min
16
lectures
1

Parfois, quelques mots, quelques lignes vous accompagnent, vous encouragent une vie entière. J'espère que la petite musique de mes mots, elle, vous transportera quelques minutes.

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Il y a le jardin délaissé de celui que j'aime.
Il y a cette feuille blanche noircie de ratures d'inspirations incertaines, toujours, toujours...
Il y a mon regard, au travers de la fenêtre constellée des gouttes des pluies d'un après-midi sans lumière.
Il y a l' impossible déchirement des nuages anthracites sur un ciel azuré.
Il y a l'odeur du chèvrefeuille, emprisonnant dans ses tiges sinueuses les vélos rouillés, abandonnés sur le mur lézardé.
Il y a le bruit de l'eau en cascade dans la gouttière éventrée.
Il y a les ombelles blanches du sureau foisonnant.
Il y a l'acacia et ses fleurs sucrées qu'engloutiront bientôt des bouches gourmandes dans des beignets chauds et croquants.
Il y a l'effort du vent pour agiter encore les branches du noisetier.
Il y a un chanteur d'un autre siècle qui fredonnait lui aussi des "Il y a".
Il y a le ciel, le soleil, la mer, mélodie d'une étreinte estivale.

Le ciel, le soleil, la mer, notre divine nature. Un empire.
Un empire que même les infortunés peuvent s'offrir, protéger et chérir.
Un empire, le grand Tout, monde tremblant de son sursis.
Témoin de mon impuissance à le sauver du pire.
Car, moi, seule, si seule, "je ne suis du grand Tout, qu'une faible partie".
1

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
La première partie de ce libre est évocatrice dans ses images poétiques de jardins empreints de pluie, par exemple j'aime beaucoup cette phrase : " Il y a l'odeur du chèvrefeuille, emprisonnant dans ses tiges sinueuses les vélos rouillés, abandonnés sur le mur lézardé. " La dernière partie est plus abstraite.
Image de Florence Charo
Florence Charo · il y a
Merci Sylvie!