3
min

Ma Rose

15 lectures

1

Ma Rose sur toi glisse ma prose comme la rosée
Les portes de la nuit ne sont plus closes
Le matin les a entre baillées
Des perles de pluie sur tes pétales se sont déposées


Ma rose ma prose mon anamorphose
Sous un ciel rose je te dédie mon élégie
Cœur allégé au dessus des mortels et des choses
Mon souffle coure fait danser la flamme de ta bougie


Le soleil sèche tes larmes sur tes pétales colorées
Laisse moi t’apprivoiser d’eau t’arroser
Laisser mes mains te libérer de ces ronces
Autour de toi emmêlées


Ma rose ma prose mon anamorphose
Sous un ciel rose je te dédie mon élégie
Cœur allégé au dessus des mortels et des choses
Mon souffle coure fait danser la flamme de ta bougie


Ma mie sans homélie je te ferai un jardin
Grand comme la somalie
Loin des fleurs immolées loin des fleurs coton du mali
Je te ferai reine de mon éden

Ma rose ma prose mon anamorphose
Sous un ciel rose je te dédie mon élégie
Cœur allégé au dessus des mortels et des choses
Mon souffle coure fait danser la flamme de ta bougie

Les fleurs du mal ont mal kon les effleures
D’elles même elles s’effeuillent
Elles s’entre déchirent s’entremêlent
Dans des champs ou poussent de mauvaises herbes
Sang fleuri dans les ronces


Ma rose ma prose mon anamorphose
Sous un ciel rose je te dédie mon élégie
Cœur allégé au dessus des mortels et des choses
Mon souffle coure fait danser la flamme de ta bougie

Senteur bucolique ton nectar m’enivre
Comme une abeille alcoolique
Les coquelicots te jalouse mélancoliques
Devant ta tige si frêle tes airs sardoniques

Ma rose humide sous la caresse de la rosée
Tu es fébrile adulée objet d’idylle
Les pétunias en ont la nausée de ta lumière s’habillent
Les seuls pleureurs de leur courbure veule t’en veulent
De te voir si droite si élégante si lente
Dans ta danse majestueuse avec le vent

Il te souffle de si de la de sa douce mélopée
Acides les feuilles mortes en souffrent
S’étendent au sol comme au bord d’un gouffre
Les pissenlits purifiées par ton allure se mortifie
Car te haÏr n’en vaut la peine se disent elle peinées


Ma rose ma prose mon anamorphose
Sous un ciel rose je te dédie mon élégie
Cœur allégé au dessus des mortels et des choses
Mon souffle coure fait danser la flamme de ta bougie


Derrière sa vitre Penelope a des pensées interlopes
Comme les pensées sauvages elle te contemple
Et admire la candeur qui se cache sous ta robe
Timide tu n’oses lui jeter l’opprobe
Les mains qui sur toi se posent se piquent
Nul ne s’interpose entre toi et ton unique


Ma rose ma prose mon anamorphose
Sous un ciel rose je te dédie mon élégie
Cœur allégé au dessus des mortels et des choses
Mon souffle coure fait danser la flamme de ta bougie


Tu es ma rose la délicate faite pour ma prose
Celle pour ki ma plume est volubile
Et bat de l’aile au contact de ta tige en bas de laine
Une baie de lune pour t’endormir auprès d’Hélène


Elle rêve d’un bouquet de roses à toi identique
Eternue répand ton pollen elle en est allergique
Je te garderai en sureté dans mon jardin d’Eden
Même entourée de roses tu es la plus rose de mon lopin
Certaines tombent d’arthrose d’autres perdent leurs pétales
Toi tu restes sur ta tige rigide un peu frigide
Pleine de ton étoffe de pétales exhalant ce parfum unique
Au bout du compte de mon jardin toutes les autres s’exilent
S’annihilent de leur poison inhalé

La plus belle rose se dresse de sa longue jambe sur mon jardin
Sur la pointe des pieds elle s’ouvre pour me laisser l’humecter
Dans son havre elle s’extasie s’exhale pour que je puisse l’humer
Et éteindre le jour la voir sous un autre jour
Fidèle a moi pour toujours
fluète comme un fil de soie sur lequel tu promènerai
ta silhouette en bougeant les cils kan vient le soir docile


Ma rose ma prose mon anamorphose
Sous un ciel rose je te dédie mon élégie
Cœur allégé au dessus des mortels et des choses
Mon souffle coure fait danser la flamme de ta bougie

à côté de toi je viendrai m’asseoir
Sur ce fil de la vie sans bouger un cil
Amoureux et docile dansons dans le ciel
Aux lumières d’étoiles avant que le jour se lève
Que je pose sur toi mes lèvres
Et que tu rejoignes mon coin de jardin

Te voir briller de ta substance
M’enlève le moindre chagrin
Entre nous guère plus de distances
Ma petite peau de chagrin


Ma rose ma prose mon anamorphose
Sous un ciel rose je te dédie mon élégie
Cœur allégé au dessus des mortels et des choses
Mon souffle coure fait danser la flamme de ta bougie

1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Pascal
Pascal · il y a
Je trouve ce texte particulièrement beau et puissant.
·