lys erre

il y a
1 min
183
lectures
153
Qualifié

Plutôt sensible aux autres et à mon environnement, j'ai ma part de névrose comme tout un chacun. L'écriture me permet d'extérioriser ce tumulte intime et d'en dégager les voies de l'infiniment  [+]

Image de 2017
Fouetté par la langue du vent

l’enroulant de poussière ivoirine

au sifflement poudré,

à la peau cristalline,

s’ébroue

un lys au corps pâle;

fantôme évadé de l’automne

bouleversant son ultime pétale.
.
.
Sous sa robe couturée de nacre

son cœur lutte dans l’entaille de l’hiver;

sous la blancheur osseuse des montagnes,

sa peau de porcelaine

s’écaille

sur l’horizon laiteux, sans ombres,

qui partout s’éparpille

jusqu’aux engelures du monde.
.
.
Et dans un hurlement de neige,

soulevant avec grâce

sa givrure majestueuse,

son pétale au tissage de glace

s’envole,

sous le ciel tacheté d’ivoire,

lécher l’immensité blanchâtre,

entre l’oubli et la mémoire.
153

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,