1
min

Lumière

Image de Olivia Venner

Olivia Venner

16 lectures

0

Dans son crâne, elle esquisse
Les traits de celle,
Qui porte le même nom qu'elle,
Mais qui n'a pas de vices.

À ses côtés une idole qui rayonne
À travers les pages qu'elle crayonne
Elle s'immole, elle griffonne
Une madone, qui se donne

À la réussite, d'un idéal impalpable
Elle rature sur sa table
L'écriture de règles inébranlables
L'héroïne d'une fable invulnérable

Elle prie, de sa voix volage :

« Lumière, lumière, sois bien sage.
Éclaire les vers, les mirages
Qui tambourinent dans mon être
Et n'attendent que de naître. »

Elle fait saigner ses mains créatrices
Pour transformer les minutes en or
Éponger, consumer la catharsis
Et enfin dénicher des trésors

Elle vit sur une toile de peinture
Gravée dans la pierre, une sculpture
Dont l'esprit n'aurait pas d'artifices
Et le corps aucune cicatrice.

Aimante, fatale, dévastatrice,
Une femme triomphante
Une femme de justice
Brillante mais inexistante.

Elle prie, de sa voix tremblante :

« Lumière, lumière comble-moi.
Transporte mes peurs, mes émois
Qui se confondent dans mon cœur
Et s'assemblent avec ardeur. »

Son portrait, elle démarre
Les traits de celle,
Qui porte le même nom qu'elle,
Mais qui n'a pas de tare.

Raviver les cicatrices
Perdre son temps, perdre le nord
Jusqu'à ce que la mort en rougisse
Jusqu'à la fin, jusqu'alors...

Dans l'attente d'un bonheur grotesque
D'un nouvel élan, d'une nouvelle heure
Avec ses fresques et ses pochoirs
Elle peint l'horizon d'un nouvel espoir.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,