Lorelei

il y a
1 min
572
lectures
36
Finaliste
Jury
Recommandé
Le Rhin roule ses flots majestueusement ;
Là-haut, la Lorelei, en se mirant dans l'onde,
Peigne lascivement sa chevelure blonde
Dans la douceur du soir qu'embrase le couchant.

Malheureux nautonier, qui levas vers les nues
Tes regards enfiévrés d'un pathétique espoir,
Tu étreins à jamais l'humide reposoir
Où ta bouche édentée embrasse l'inconnu !

Pauvre fou, mon semblable, à quoi donc songeais-tu ?
Ton esprit enfanta d'absurdes utopies,
Des histoires contant un amour infini...
Croyais-tu accomplir tes rêves éperdus ?

L'Idéal, ô nocher, n'est qu'un leurre grossier :
Quand nos cœurs altérés tentent de le saisir,
Nos yeux trop aveuglés ne voient pas survenir
L'écueil sombre où parfois nos vies vont se briser.

Recommandé
36

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !