Liés par le regard

il y a
1 min
4
lectures
0

Voyageur de l'esprit, perdu dans son imagination. Mélancolique notoire. Fabricant de rêves, âgé de plusieurs milliers d'années (d'après les bruits)  [+]

Je t'en prie, arrête !
Qu'as-tu à me regarder comme ça,
Avec tes yeux aux flammes émeraudes ?
Es-tu en contemplation ? Ou ton cœur est-il lié au mien ?
Non, je t'en prie, arrête !

J'étais là, assis à ce coin de table,
Un homme comme les autres, indifférent.
Mais vint le jour où tu as posé ton regard.
Qu'il est beau ce regard !
Oui... qu'il est beau ce regard !
Tes yeux lisses m'ont fait fondre,
Et me voilà une nouvelle fois amoureux...

Je t'en prie, arrête !
Qu'as-tu à me regarder comme ça,
Avec tes yeux aux flammes émeraudes ?
Es-tu en contemplation ? Ou ton cœur est-il lié au mien ?
Non, je t'en prie, arrête !

Mon cœur balance, plus nos regards s'entrecroisent,
M'aimerais-tu ? Ne serait-ce pas un rêve éveillé ?
Je me frotte les yeux. Non. Grand Dieu non !
Elle me regarde bien, d'un regard si mystérieux,
Que personne ne saurait déchiffrer.
Et si j'en avais la clé ? Demain, promis, je t'offrirai mon cœur.

Je t'en prie, arrête !
Qu'as-tu à me regarder comme ça,
Avec tes yeux aux flammes émeraudes ?
Es-tu en contemplation ? Ou ton cœur est-il lié au mien ?
Non, je t'en prie, arrête !
Mon cœur n'est plus. Le voilà au sol, en morceaux.
Tu as refusé mon amour pour celui d'un autre.
Mais pourquoi ? Pourquoi me regardais-tu comme ça ?
Je te supplie de me donner une raison, pitié !
Je t'aime, mais voilà que je suis effondré de douleur.
Avant toi, jamais aucune fille n'avait autant fait flamboyer mon cœur.
Avant toi, jamais je n'avais connu une telle relation sans parole.
Avant toi, jamais je n'avais été acteur, faisant mine de ne pas te connaître.
Avant toi, jamais mon amour s'était envolé aussi rapidement et brutalement.

Je t'en prie, arrête !
Qu'as-tu à me regarder comme ça,
Avec tes yeux aux flammes émeraudes ?
Es-tu en contemplation ? Ou ton cœur est-il lié au mien ?
Non, je t'en prie, arrête !

Mais pourquoi continus-tu à ainsi me fixer ?
Je te prie d'arrêter.
La douleur ne fait que s'accentuer, au lieu de s'atténuer.
Me voilà coupé en deux :
Une autre part de moi veut que tu jettes tes beaux yeux sur moi,
Encore et encore.
Mais pour ça ? Voilà que mon cœur balance encore pour toi,
Explique-moi. Je te prie. Explique-moi.
Nous voilà aujourd'hui, et nos regards n'ont pas cessé.
Personne ne le sait, c'est notre secret.
Comme un idiot, mon cœur amputé me dirige,
Voilà que je te regarde en échange. Notre unique relation, notre unique lien.
Avant toi, aucune fille de m'avait regardé comme cela.
Et j'aime ça.

Et je t'en prie, continue...
Oui, je t'en prie, continue...
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,