Lettre à Galilée

il y a
1 min
0
lecture
0
Au-delà de l’an deux milles, je t’écris mon cher Galilée
J’ai appris ton histoire et je t’ai admiré
Où es tu maintenant, peux-tu m’écouter ?
Il faut que tu saches que tu étais en plein dans le vrai
Comparant devant le tribunal de l’inquisition, menacé du bûcher
Pour sauver ta vie, tu as fait mine de capituler
Mais au fond de toi, comme on dit si bien aujourd’hui, tu n’as rien lâché
« Et pourtant elle tourne », en frappant le sol du pied tu aurais murmuré
Oui, nous savons aujourd’hui que Copernic disait la vérité
Et tu fus le premier à oser l’affirmer
Tout dans le cosmos est en mouvement, rien n’est figé
Ni la terre ni l’homme au centre du monde ne sont placés
Pourtant, après cinq siècles, le combat n’est pas encore gagné
Il reste par endroit quelques simplets
Par de sombres obscurantistes manipulés
Qui proclament avec agressivité
Que la terre est plate comme une crêpe écrasée
Mais ce sont des sots, la rondeur de la terre s’est imposée
Le croiras-tu, des hommes sont allés dans le ciel et l’on constaté
Il faut aussi que tu saches que l’histoire t’a vengé
De ton procès, l’église en a payé un prix élevé
S’agrippant à l’idéologie et au mensonge, faisant fi de la réalité
Elle en est sortie déshonorée et discréditée
Et c’est loin d’elle, à Londres ou à Amsterdam, qu’à fleuri la fleur du progrès
L’Italie et l’Espagne catholique ont commencé à décliner
Et l’Europe du Nord a débuté sa prospérité
Pour terminer, tu peux reposer en paix
Par ton combat, tu as gagné la postérité
Des grands penseurs de l’antiquité, tu es l’héritier
Et pour les sciences modernes pour toujours tu es le pionnier
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !