Les vieux amants

il y a
1 min
488
lectures
57
Qualifié

Irascible, narcissique, vaniteux et prétentieux: j'ai vraiment tout pour plaire J'aime Kafka, Borges, Koestler et Alphonse Allais, Bach et Mozart Je fus médecin Je joue au bridge et je fais du  [+]

Image de Eté 2017

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Certains soirs un peu gris, je médite en silence
Sur le temps qui s’enfuit sans espoir de retour.
Qu’ai-je fait de ma vie, de mes dons, de mes chances ?
Qu’ai-je donc réussi ? peut-être mes amours...
Pourtant, je n’ai pas fait de flatteuse conquête
Et mon espoir d’amour fut bien souvent déçu.
Mais je revois toujours dans mon cœur, dans ma tête
Celles que j’ai chéries, parfois à leur insu.
Au début du printemps, je pense à la gamine
Que j’aimais tendrement lorsque j’avais treize ans.
Je revois son visage et sa grâce enfantine.
Je me dis : c’est si loin ! qu’il était doux, ce temps !
Au plus chaud de l’été, je pense à cette femme
Qui enchantait mes jours, qui incendiait mes nuits,
Qui déchirait mon cœur, qui consumait mon âme
Et dont le souvenir pour toujours me poursuit.
Quand l’automne revient, je me souviens d’une autre,
Qui me tenait la main quand j’étais malheureux,
Qui transformait ma vie pour en faire la nôtre
Et qui se blottissait contre moi, près du feu.
Maintenant c’est l’hiver et la femme que j’aime,
Qui reste à mes côtés pour conjurer le sort,
Je l’ai toujours aimée, car c’est toujours la même ;
Et nous allons fêter demain nos noces d’or.

57

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !