Les platanes du mas

il y a
1 min
6
lectures
0

Je suis né et depuis j'attends l'inspiration (et l'amour)  [+]

La route au mas t'emmène, saluée par les ormes
Et par les vieux cyprès, qu'allée tombeau sera ;
Telle un cimetière, la bâtisse mourra
Au milieu des arbres qui dans la mort, seuls, dorment.

Ils ont tout vu, toujours, sans limite sans norme
Condamnés à vivre, la punition tomba
À veiller sur le mas, Cerbères de là-bas
Paradis ou Enfer, le chemin meurt sans forme.

La route cahoteuse, que le temps a abîmé ;
Prison éternelle, que le feu diurne tanne ;
Où de leurs racines, chênes sont enchaînés.

Sur cette allée d'Enfer, tous les vieux pins se damnent,
Tordus de vieillesse et, au sol enraciné ;
Arbres au garde-à-vous : les suppliciés platanes.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,