1
min

Les pierres rouges

79 lectures

1

Fluide épais du sang de la roche
Décapant l’imprudent aux desseins
Du rebelle qui n’en fini pas d’être proche
Hagard dans l’abondance des pluies malsaines

Coulée solide de particules écarlates
Sur une couche d’enfant mes doigts ont brûlé
De ces regards dans la nuit emplit de sauvages
Etouffés par l’ambition de me condamner

Nuages emplis de la fumée de la roche
Du temps s’enfuit sans que ton éclat ne lasse
Des bouts de pierres pourrissent mon socle

Des bouts de lames torturent mon flanc
Si obscurs se reflètent des pans de cieux
Pour dévier la coulée de pierres imminente.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,