Les oubliés

il y a
1 min
151
lectures
25
Qualifié

Les p’tits vieux alanguis
Sur leur banc de fortune,
Le chat miteux tranquille
Ronronnant sous la lune,

Le vent sur cette mansarde
Siffle son inquiétude.
Mais ces trois bienheureux
Goûtent à la plénitude
Depuis la nuit des temps
En tout temps et chaque nuit.

Ils ont tout oublié
Jusqu’au goût de l’ennui,
Ils ont tout balayé
Même l’odeur de la pluie.

Le vent sur cette mansarde
Exhale le bitume.
Ils pensaient tout quitter
Les villes, les hommes, leurs jeux.
Mais ils rouvrent les yeux
Dans une épaisse brume.

Les p‘tits vieux alanguis
Périssent dans l’infortune
Le chat miteux paisible
S’est éteint sous la lune.

25

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !