Les maux du coeur

il y a
1 min
35
lectures
0
Il est passé dans ma vie comme passe une brise,
Il a surgit de nul part et m’a conquise,
Il est devenu l'une de mes plus pénibles convoitises
Et mon pauvre coeur au fil du temps se cicatrise.

Ne me parlez plus d’amour par pitié!
Ce sentiment à ce jour, de ma vie, est radié,
Cupidon ne m’a pas épargné,
Aujourd’hui je dois de tout ça me relever.

Toi mon coeur, toi mon plus fidèle ami,
Je vais te construire le plus beau des nids,
Tu te relèveras même si pour l’instant tu survies,
Tu seras de nouveau fort, quand tout sera fini.

Nous voguerons sur des mers plus calmes,
Je retrouverai l’entier de mon âme,
Je promets de ne plus penser à ce drame,
Personne ne touchera plus à mon coeur, haut et fort, je le clame.

Comment peut-on autant souffrir,
Qu’ai-je pu faire dans mes vies antérieures pour autant subir?
Vivement le moment où je pourrai enfin en rire,
Vivement le moment où, l’esprit tranquille, je pourrai enfin m’assoupir et dormir.

Je suis prête à descendre aux enfers pour y trouver Cerbère,
Serais-tu capable, toi chien fidèle des enfers,
De garder et protéger mon coeur? toi l’animal légendaire,
Afin que quiconque ne puisse pénétrer mon dicastère.

Je suis prête à chercher le plus savant des alchimistes,
Pour qu’il transforme ce coeur en améthyste, il sera protégé de tout sophiste,
Sa rhétorique n’aura aucun pouvoir surréaliste,
Serait-ce là la solution? pour que devant tant de beaux mots, je résiste.

M. Janimor
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !