1
min

Les invisibles

14 lectures

5

Vous qui passez dans ces rues,
ne le voyez-vous pas ?
Elles se fondent dans le décor
comme si elles étaient le dehors.
Silhouettes fragiles,
sans nom,
errantes
mais pas insouciantes.
Féminité recouverte
par les empreintes du temps,
les sales rencontres.

Regardez mieux au coin des rues.
Verrez-vous sur un visage, un bleu
un sourire édenté qui ne demande que le bonheur,
un coeur qui cogne alors qu'on a cogné,
un corps sous des vêtements de fortune,
cacher les belles formes souvent
terrer au-dedans
le trop féminin
qui attire...
les blessures non dites,
les moqueries,
les abus.
La rue garde ses secrets.
On étouffe un cri.
On recouvre un vagin rougi.

Verrez-vous son dos tordu,
son ventre de ballon,
ses yeux apeurés,
son visage trop rouge,
son sourire déjà effacé ?

Elles sont invisibles
même aux caméras.
Et vous passez sans les voir
ou du moins ce que vous voulez faire croire.
Est-ce honteux
de côtoyer la misère,
de voir ses complaintes ?
Et si c'était vous ?

Un jour riche,
élégante sur un trottoir,
passante
que les regards surprennent,
jupe ou pantalon,
sourire fier et heureux.

Un jour pauvre,
tout est possible.
La paume ouverte sale,
à quémander pour bouffer,
le regard miséreux, le waterproof s'est barré à la dernière pluie
et les regards fuyants croisés,
à peine si vous existez,
la pièce jetée
comme un crachat sur la figure
et votre sourire qui ne connait plus l'émail diamant
un peu crispé,
faut dire le dentiste descend pas dans la rue
et votre bas ventre égorgé
plat comme une galette
depuis la dernière saignée
et le bébé criard abandonné
sur les marches de l'église.

Les invisibles
tels des fantômes qui hantent les rues
balancent leur misère et leurs maux
à qui veut entendre.

5

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
La Cour des miracles, la société actuelle la relègue dans un passé lointain, hélas il n'en est rien !!
·
Image de Laetitia Écrivaine
Laetitia Écrivaine · il y a
et se retrouver dans la rue peut arriver à tout le monde...
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Et beaucoup plus vite qu'on ne le croit !
·
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
Par peur qu'ils éclatent notre "bonheur" on préfère ne pas voir leur misère. Elle nous aveugle, nous rend muet d'indifférence, handicapés de gestes, égoïstes de trouille.
·
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Décadence des villes
·