LES CRIS

il y a
1 min
0
lecture
0
Les cris étourdissent mes tympans,
Ils attendent ancrés dans ta gorge,
Ils descendent dans le limbe puis dans l’enfer,
Ils vous reviennent écorchés, brûlés,
Ils sont rapides, glissants et rabougris,
Ils dorment avec vous parmi dans vos draps infinis.
Ce sont des libertins et des saints,
Ils n'ont pas de temps, pas de son.
Avec eux, tout est possible et impossible.
Ce sont des désirs qui naissent dans la bouche.
Ils sont stupides et ils aiment ta voix.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !