196 lectures

133

Qualifié

Je n’aurais pas de chrysanthèmes, je préfère les cris que l’on sème
Et sur la pierre et ses écrits, je déposerai la juste prose
Qu’importe les regards traversants des malheureux transpercés
Je m’en ficherai puisque c’est nous, m’affranchirai parce qu’après toi !

Non je n’aurais pas de plaques, je suis contre toute façon !
Je viendrais à ma manière
Te rappeler la facétie de nos saisons...
Je n’aurais pas de noir non plus
Quand il pleuvra sur mes histoires, ce ne sera que la faute au soir
Qui fait mieux que personne suinter le désespoir...

Je viendrais seule, et saoule parfois !
Te confesser mes tristes déboires, envers de vie et ces vers vides
Sur le granit me dégriser, tu pourras ramasser ma verve
En petits tas, degrés, de rien, subtil engrais de mes nuits de vaurienne
Je danserai toute contre la bruyère, entendras-tu nos bruits d’hier ?
Accordéon dans la cadence, accorde-moi une dernière danse
Une valse à trois temps, tu es dans mes bras
Une, deux, trois
Laisse-moi rêver que j’ai vingt ans, encore !

Je sortirais les petits fours et le millésime de ton choix
À la vôtre madame et que nous trinquions à la vie !
Ce sera po-ésie, ce sera beau et si je cite Baudelaire
C’est que j’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans !
Notre banquet sera dantesque sous les trombes
Sur les tombes on entendra pleuvoir cette eau vive
Que tu m’avais apprise...

Ma petite, ma petite, fais comme si tout était mirage
Et pour ta rage compte les rimes qui nous séparent
Tu me l’as demandé, je ne crois pas en Dieu
Il faudra donc me pardonner ces strophes sans apôtres
Et puis que fanent les épis fades de l’ivresse
Viendra l’hiver ce goût des certitudes
La froidure, juste la froidure
Et sur le frisson s’entendre susurrer tous les si de toutes les mers
Tous les mercis et tous les regrets...
Au large les larmes de fond
Déposées là par tous les marins du monde
Pour tous les matins du monde...

Depuis que tes mains ne sont plus
Je fais des mines de rien
Parfois le temps d’une morsure
Ça saigne là, et puis ça glisse jusqu’au bord des commissures
C’est un soupir carmin
C’est un sourire gamin
Du temps où tu étais au temps où j’en avais encore
Pour ignorer qu’un jour tout s’endort.

J’ai sommeil de tes mots jusqu’à les lire dans mes soleils
Je vis très bien sans toi mais pleure toujours avec
C’est simplement banal
Ou joyeusement bancale
Comme il y a des jours avec
Et des nuits sans
Où les cris que l’on sème
Nous ramène humblement
Vers ceux que l’on aime.

PRIX

Image de Printemps 2018
133

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
En lisant votre texte, je me suis vu... et ça fait mal. Mon vote
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un immense plaisir de lecture ! Bravo, LNA pour votre poème qui sait si bien pleurer l'absente ! Vous avez mes cinq votes.
Je vous invite à lire mon sonnet Mumba sur le tragique destin d'un migrant http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba

·
Image de Chantane
Chantane · il y a
tout simplement sublime
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition pour le Prix Imaginarius (thème: la brume) : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Didier Caille
Didier Caille · il y a
Un cri rempli de sensibilité et d'humanité :) et si le coeur vous en dit je vous invite à découvrir mon univers http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/les-plumes-du-plaisir?all-comments=true&update_notif=1512411494#fos_comment_2269162, belle journée.
·
Image de Maggydm
Maggydm · il y a
Très très beau comme texte. Sensibilité incroyable, on a le coeur au bord des yeux... merci pour ce partage. Mon soutien.
Si vous souhaitez passer par mes lignes, un ttc et un poème finalistes, mais pas que... bonne soirée

·
Image de Cookie
Cookie · il y a
Magnifique hommage à une personne aimée. j'aime
·
Image de Sandra Dulier
Sandra Dulier · il y a
J'ai adoré "Depuis que tes mains ne sont plus / Je fais des mines de rien" et "J’ai sommeil de tes mots jusqu’à les lire dans mes soleils". Très belle écriture. Je vous invite à découvrir une lumière de neige, Boréale http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/boreale
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un texte magnifique. Je vote. Si le cœur vous en dit mon univers vous est grand ouvert.
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Quel déchirement ! Bouleversée par vos mots.
·