2
min

Les conS

Image de Claire Morin

Claire Morin

6 lectures

0

Si il existait un dictionnaire des conS,
Et j'aime particulièrement ce concept,
Beaucoup y trouveraient leurs préceptes.
Il concéderait probablement ce qui suit.

Comme on dit souvent,
Même malgré la controverse
Ils osent vraiment tout ;
Contre vents inverses
Et aussi sous averses ;
A cela on les reconnaît.

Il existe des con-figurés
Comme au sens propre.
Ne brillant par l'esprit,
Dur de faire bonne figure.
Ou en prenant pour pigeons
De véritables fau-cons.

D'étranges comportements.
Les adeptes du compliment,
Qui dès qu'on a le dos tourné
Vont dire le contraire.
Des paroles contradictoires
Facilement rendues notoires.

Et le con-descendant.
Pensant se mettre à notre niveau,
Nous être supérieur,
Il n'a pas de décence,
Ne sait ce qu'il vaut,
Coincé à l'étape inférieure.

Il y a le con-génital
Qui prouve que ses parents
Auraient été des génies
S'ils ne s'étaient reproduits.
De génération en génération
De plus en plus pros.

L'usage du contraceptif
En seul moyen préventif
Pour arrêter la propagation.
La bêtise en gestation
Est de mauvaise augure
Pour l'avenir collectif.

Voyez les con-vaincus.
Il ne sert à rien de com-battre.
Ils ne seront plus intelligents.
Tenter de leur faire changer d'avis
Est complètement vain,
Sûrs de leurs idées inintelligibles.

Ils signent des contrats
Permettant de consigner
Certains accords de cons.
Qui se ressemble s'assemble.
Compliqué de prendre partie
Quand surgissent les conflits.

Si c'est votre con-cubin,
De Cuba ou d'ailleurs,
Et s'il vous a choisi, méfiez vous.
Conland est le seul pays
Sans limites, sans frontières.
Un monde à part entière.

Il compte des com-patriotes
Tous fiers de leur état.
Ainsi que tous conquis
Par plus cons qu'eux.
Ainsi ils se consultent
Pour élire leur chef.

Il s'organise des congrès.
Rassemblés de leur plein gré,
On les reconnaît d'emblée.
Ils rivalisent d'audace
Pour justifier leur place
Parmi leurs congénères.

Attention à ton comparse
Parce qu'aussi atteint que toi
Par cette maladie du siècle,
Il gobera ce que tu dis,
Y accordera même du crédit.
Plus de crainte du discrédit.

Probablement contagieuse,
Ne peut se transmettre par con-tact,
Immunisés car ils en manque.
Sûrement la plus universelle,
Elle n'a pourtant pas de remède.
Impossible de chiffrer son impact.

Et les métiers à la con :
Contrôleur, contractuel.
Ou comment être payé
Pour se faire détester.
Ou encore condé,
Qui dès qu'on leur parle
Cachent leur profession.

Que dire des com-plaintes
Constamment entendues.
Ils ne sont jamais contents.
Alors que là est notre dû
Avec ce qu'ils nous font subir.
On connait la chanson,
Que trop bien le refrain.

De la composition gainsbourienne
Dont on célèbre le requiem.
A la non moins célèbre
Du compère Brassens,
Qui à travers la sienne
A révélé ceux de tout temps.

Sans oublier les voués à com-paraître,
Que l'on se permet de vite juger.
Finalement assez sympathiques,
Drôles, doués d'esprit,
On regrette critiques et préjugés.
Les rôles finissent par être inversés.

Peut-être pas si con-damnables,
Pour peu que la connerie
Soit le huitième péché capital.
L'enfer serait bientôt plein
Car nous sommes capable
D'en être atteint sous peu.

Si dans ce condensé de conS,
Que nous pourrions continuer,
Vous ne trouvez pas les vôtres
D'aucuns diront que vous y figurez.
Car sitôt que l'on en voit un,
On devient celui de son voisin.

Si vous vous sentez con-cerné,
Ou visé par ce con-texte,
Considérez que chacun l'est.
Tout le monde a son prétexte.
Surtout gardez votre calme,
Je ne décerne pas de palme,
Et ne citerai pas de noms.

© Claire Morin alias Slamity Jane
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème