Les baguenaudeuses

il y a
1 min
5
lectures
0

Dans l'éphémère et la concision s'inscrire de tout le beau possible  [+]

Les baguenaudeuses



I

Aviaire


le verre a musiqué
sous le pas élusif

à mi-pente de fièvre
depuis la brisure éveillée
s'aile le multiplicande

toits de délitescences
oiseleurs volutés

un inespoir mordoré
détrousse l'habitude
du timbre de sa voix

orphelin du péremptoire
le temps s'interloque

et ces mouvantes figures d'un ciel insaisi
soudain se renonçant
en l'humblesse de la ligne de cendre


II

Cycnéenne


opulence des lisières
elle affleure diaphane
à vos portes d'aubiers

en la turbulence des possibles
s'étranger du myocarde

le demi-mensonge de la louve sœur
a crû parmi la carence des fusains
et féconde le délai frêle

les carmins exsangues
épuisent la fluence des minutes

et ces ramilles amoncelées
qu'enneige l'inattendu
crayère des nages étourdisseuses de sombreur


III

Claire


d'un demi-exode encore
le fond des bois larmés
et partout sur la braise
soudaine des mousses
aux confins d'un geste diamantifère
pétille l'augure consolateur
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,