Les aventures de Tarzan Poils aux dents (Chapitre 1 : Rencontre avec Jane)

il y a
1 min
53
lectures
6

Volutes féminines : Portraits de femmes autour de l’opposition entre la beauté et le poison. Ces textes s’articulent autour d’un geste et des multiples définitions qu’il est possible d’en  [+]

Né en plein cœur de la savane, entre les kiwis et bananes,
Je me prénomme Tarzan et j’ai des poils aux dents ;
Je suis le roi des glands, mais on me dit marrant,
Je crie tout le temps, pour rien, tout simplement.

Je suis bête dans un double sens, sauvage et sans intelligence.
J’ai pourtant l’air très cultivé, avec autant de bananiers,
J’ai des grosses boules de cocotiers, sous ma belle robe de vahiné,
Je suis même un spécimen rare, avec mon string en léopard.

La jungle est mon grand jardin, je la connais dans les moindres recoins,
Quelques animaux domestiques, gorilles, panthères et moustiques,
Des feuilles, du vert et du bois, une déco naturellement sympa,
Et puis je vis en harmonie, avec la sécheresse et la pluie.

J’ai des lianes pour me déplacer, d’un cerisier à un palmier,
C’est bien pratique pour voyager, mais pas niveau sécurité,
Mais comme j’adore le danger, c’est un plaisir de m’écrabouiller,
Tête la première, les poils au nez, sur le tronc d’un beau marronnier.

A l’heure du petit déjeuner, je saute sur la branche d’un pommier,
Et quand vient l’heure du dîner, je dévore des belles patates brûlées,
Epluchées par mon singe Cheeta, qui mange comme moi, avec ses doigts,
Mais comme il se gratte juste avant, mon plat sent les fesses constamment...

La sève des arbres est succulente, et les fourmis plutôt croquantes,
Trempées dans du lait de gnou, avec une tige de bambou,
C’est délicieux à souhait, mais comme rien n’est parfait,
En boire de trop peut provoquer, la pousse des poils sur le nez.

Dans mon lit de feuilles improvisé, je dors comme un gros bébé,
De douces orties poussent sous mes pieds, vont jusqu'à me gratter le nez,
Ca me chatouille toute la nuit, alors quand je dors je souris,
J’ai l’air heureux dans mon lit, et je ronfle sans un bruit...

Soudain mes yeux se lèvent, et s’achèvent mes rêves,
Je suis attaqué par un humain, qui semble être du sexe féminin,
En plus elle est complètement nue, comme une guenon aux poils touffus,
Elle me dévisage lentement, je la regarde d’étonnement...

« Moi être Tarzan», lui dis-je avec mon accent,
« Moi être Jane», dit-elle à moi, l’énergumène ;
Je lui souris d’un air charmant, un temps soit peu gênant,
Car elle s’aperçoit évidement, que j’ai des poils aux dents...
6

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !