L'Enchanteur Coulissant

il y a
1 min
29
lectures
1

Je tends à privilégier les histoires bizarres et cocasses, un peu à l'image de la vie. Et puis il faut bien donner quelque plaisir à ceux et celles qui sont assez curieux pour me lire...Pour les ... [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

En saluant les bleus cailloux
De la part de tes marguerites
Repose tes doigts de pied bien mous
Dans les empreintes du sybarite

Ah pauvre désert couvert d'or
Que de cris étouffés résonnent
Sous le lit de l'oued des morts
Dans ton ciel point trop monotone

L'œil clérical du gypaète
Perce le repaire du crotale
Celui du silure sans arêtes
Mention bien en calcul mental

Assure-toi qu'aucun Moïse ou
Un Abraham criant au feu
Ne vienne te faire le mauvais coup
De te dépasser dans la queue

Un fort bâton de pèlerin
En flambeau va se transformer
Ah bon c'était donc toi Merlin
Je t'aurais cru moins mal armé
1

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Paul V. Camal
Paul V. Camal · il y a
Euh...ce texte en souvenir du temps béni de l'écriture automatique n'a d'autre prétention que d'amuser. En exiger une structure, un ou des sens relève de la constipation. Vous me rappelez pourquoi j'ai toujours abhorré les analyses de textes qui tombaient presque toujours à côté de la plaque. Vous êtes sans doute enseignante... Merci tout de même de vous être penchée sur ces lignes fantaisistes, même si une loupe était bien inutile... Doctrinaires s'abstenir.
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Ce texte m'a plutôt plu dans l'ensemble mais j'ai éprouvé des impressions différentes en fonction des passages. Je les livre telles qu'elles. Plusieurs trouvailles ensorcelantes mais aussi quelques bémols. Le titre étrange participe au sortilège. Les rimes sont croisées et qui dit rimes dit un certain travail ; mais aussi une inversion artificielle vers 1... Pouvoir d'évocation inégal selon les strophes. Strophe 1 : un peu champêtre et très ludique. Strophe 2 : paysage presque grandiose, beau. Strophe 3 : très bien décrit ce gypaète, et le dernier vers est amusant. Strophes 4 et 5 : là c'est le point faible du poème, à part le fait qu'il se rattache au titre le Moïse qui surgit dans l'avant dernière strophe et se transforme dans la dernière en Merlin me semble particulièrement incongru et les vers très familiers et prosaïques " Ne vienne te faire le mauvais coup/De te dépasser dans la queue " rompent inutilement l'ambiance bucolique. J'ai cru déceler dans le dernier vers " mal armé " un jeu de mots sur le nom du poète " Mallarmé " mais je peux me tromper et même si c'est le cas je n'en saisis pas le but. Par ailleurs l'allitération en " M " est présente dans chaque strophe, c'est bien mais un peu gratuit ici