21 lectures

2

Sur les toits de l'école,
je regarde au loin.
Je regarde ce futur,
cultivé méthodiquement.

Durant cinq jours,
nous apprenons,
nous obéissons,
" Oui monsieur ! ".

On nous envoie dans ce camp,
entassé comme vache, cochon et mouton,
pour étudier le savoir,
et gagner notre ticket d'entrée.

On t'admire lorsque tu travailles bien,
on t'efface lorsque tu travailles mal.
Et toi pauvre ignorant,
tu cours après la reconnaissance.

Tu avales par dizaines,
les pages de papier glacé,
dans le seul but hypocrite,
d'être sacré meilleur.

Tu es aveuglé par la gloire,
cette infâme personne,
qui te rend tout puissant
et fait richesse de ta bêtise.

Je perçois alors mon avenir,
dans un soupir soulagé,
et sans un regret,
j'embrasse le vide inconnu.
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Tout est dit brav!

Si le coeur vous dit, une invitation à découvrir et soutenir mon poème finaliste "Je tresse l'odeur " merci.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/je-tresse-lodeur

·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
La scolarité, l'adolescence, le temps des incertitudes ... Et bientôt, une nouvelle rentrée. Un an de plus, un an de moins !
·
Image de Stella-Befani
Stella-Befani · il y a
Merci Miraje pour ton commentaire :) espérons qu'avec le temps mes poèmes s'améliorent ^^
·
Image de Kylian
Kylian · il y a
Belle réflexion sur l’école ! Un poème aussi beau qu’intelligent !
·
Image de Stella-Befani
Stella-Befani · il y a
Merci Kylian, oui c'est après avoir regardé de nombreuses vidéos sur la place de l'école dans notre société que j'ai eu envie de faire ce poème :)
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème