Le voyage

il y a
1 min
309
lectures
25
Qualifié

Et la littérature vaincra  [+]

Je me souviens d'un jour, je me souviens d'un train,
D'une longue excursion aux plaisirs anodins.
Le soleil au zénith éclairait mon wagon,
Un vieil homme jouait de son accordéon.

Soudain, les voyageurs semblèrent immortels.
Ce voyage prenait un chemin éternel.
Le temps ralentissait, demeurait suspendu.
Un torrent de chaleur arrivait, imprévu.

Des débris tournoyaient dans mon compartiment,
La fumée s'infiltrait, m'entourait lentement,
Mon corps s'affaiblissait et mon souffle mourait.
Le sol devenait noir, des cendres le couvraient.

Je me souviens d'un jour, je me souviens d'un train,
D'une courte excursion entamée sans entrain,
Au milieu prometteur, à la fin destructrice.
Une bombe explosa, elle était mon calice.

25

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !