LE VISAGE DE DIEU

il y a
1 min
0
lecture
0
Je marche le long du rivage pour me réinventer,
Mon sang est nettoyé en l'absence.
Que dira ma mère, maintenant ce que Dieu m'a montré son visage ?
Sur cette rive, je trouve ma vérité, je chante dans l'ignorance de mon sourire,
J'ai besoin de sentir son sable et de goûter son eau !
Mes veines sont de sable, mon sang est de sable, le sable est mes os !
J'ai été élevé pour avoir de la fièvre
Et pour me ressembler à toi !
Parce que je suis le résultat de mes victoires,
Je suis dans les abîmes de la vertu, là dans la mer de salive,
Je me promène à la fin de cette histoire... Je marche, je regarde, je parle,
Je veux atteindre le soleil.
Et asseye la transcendance sur mes cuisses chaudes, pour l’aimer ;
Elle ne connaît pas les dates ni les lieux et se perd tranquillement sur les continents.
Sa bouche hurlante épouse ma taille.
J'ai pénétré la transcendance, je l'ai faite mienne dans des caresses très blanches.
Où l'équilibre du plaisir la laissait en géminant,
J'ai trouvé une multitude de coléoptères et de vampires.
Elle régurgite les vagues ! Elle a transformé ses pas en conscience ! Elle a cherché son bonheur dans une boîte d’allumettes ! Elle s'est réveillée du rêve d'avoir vécu !
La transcendance fait l'éloge de la mer, de la vague, du sable et embrasse ses pas de demain.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,