Le verbe s’est fait chair

il y a
1 min
41
lectures
6
Le verbe s’est fait chair
Le verbe s’est incarné
Le verbe était désert
Et le désir est né

Le verbe s’est fait chair
Et la chair se rendit
Le verbe était désert
Et le désir naquit

De ma main sur ta peau
De tes yeux alanguis
De ton goût d’abricot
Et ton air d’infini

Le verbe s’est fait chair
Nos corps se sont parlé
Dans une porte cochère
Et le plaisir est né

Le verbe s’est fait chair
Quand la raison s’est tue
Le verbe s’est fait chair
Et la raison s’en fut

La chair qui se déchaîne
Et le monde s’entre-tue
La chair qui se déchire
Crucifiant la vertu
Dans un éclat de rire

La chair est féminine
Et son nom féminin
C’est un grand champ de ruines
Ou un drap de satin

La chair est à la fois
L’amour et puis la haine
Le glaive et puis la soie
Le plaisir et la peine

La chair est féminine
Et son nom féminin
Par volonté divine
Par ordre du divin

Et le verbe est son âme
Surenchère de la chair
Le verbe s’est fait chair
Et Dieu créa la femme.
6

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,