1
min
Image de Pecorile

Pecorile

307 lectures

187

Qualifié

Le vent follet, le vent moqueur
Aux ardeurs batifoles
Passant ce jour sur la prairie
S'est pris les pieds dans le tapis
De blanches pâquerettes
Et jaunes pissenlits.

Piquant du nez dans les fleurettes
Et s'enivrant de leurs senteurs
Il fait le fou, joue au farceur
Sème l'émoi dans les corolles.
D'un tourbillon soudain il froisse les sépales
Et d’un souffle taquin il fait choir les pétales.
Des sages étamines il trouble l'ordonnance
Enfin reprenant force et vigueur il s'élance
Et tortillonne les pistils.

C'est un désordre général
Dont profitent les graines qui,
Délaissant leurs calices,
Prennent ensemble leur envol
Et bientôt s’élève du sol
Une nuée d'akènes et d'aigrettes
Blanches, soyeuses, guillerettes
Partant au loin planter fleurette.

Une paire d'entre elles, en couple côte-à-côte,
Aussi semblables l'une à l'autre
Aussi légères que promesses
Chuchotées, bécotées,
Léchées soies emmêlées,
Prennent leur tour en allégresse :
« À nous le Monde ! À nous la Vie ! »

Il les a vues, le vent coquin
Qui va jouer au Gros Malin.
« Mais c'est bien trop mignon ces deux petites choses
Voyons ! Bien trop naïf pour voir la vie en rose !
Je m'en vais leur montrer
De quoi le Monde est fait !
Ce que c'est que la Vie ! »

Joignant le souffle à la parole
Il les envoie dans la rigole.
Soies emmêlées elles surnagent
S'étreignant plus encore et toujours davantage
Touchent enfin le bord, prennent pied sur la rive
« Ce n'est pas ça, disent-elles, qui nous séparera
Nous resterons unies quoiqu'il arrive ! »

Pauvres Petites les grands mots
Sont bien peu pour contrer la vanité d’un sot
Et ce qui vient vous l'apprendra.
Le Vent fripon est là qui ne veut lâcher prise
Et quand on le défie joue jusqu'à sa chemise !
Il les cueille à nouveau avant qu’elles défroissent
Leurs soies tout imprégnées de sueur et d’eaux grasses.
Sans le moindre scrupule ce brigand, Ô Mon Cœur,
Les projette en sifflant aux pieds d’un balayeur
Qui, d’un mouvement las, sans les voir, d’un seul coup
Les envoie se noyer au fond du sombre égout.

PRIX

Image de Printemps 2018
187

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
Bonne inspiration ,là le vent fripon n'esy pas passé à travers la montagne ! Merci de découvrir ma ''putain de nuit. Bonne journée. Michel.https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/putain-de-nuit
·
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
Bonne inspiration ,là le vent fripon n'esy pas passé à travers la montagne ! Merci de découvrir ma ''putain de nuit. Bonne journée. Michel.https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/putain-de-nuit
·
Image de Guilhaine Chambon
Guilhaine Chambon · il y a
Un très joili texte que je viens de déguster avec mon petit café . Mes votes. Je vous invite à découvrir lignes incertaines qui lui aussi est en compétition. Bonne journée
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Une belle fable philosophique sur la nature dispendieuse et prodigue, des vers à la manière du grand La Fontaine, + 5, mes encouragements pour la finale du Prix Printemps dans un mois.
·
Image de Thierryc
Thierryc · il y a
Vive le vent coquin qui vous a inspiré un si beau poème.
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Oh nonnnnn !... Mais c'est joliment écrit !
·
Image de Landry des Alpes
Landry des Alpes · il y a
Attention fable poétique frisant le génie !
Moi j'adore!

·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
C'est lumineux, tourbillonnant et facétieux, jusqu'à ce que la triste fin arrive.
·
Image de Super'mamie
Super'mamie · il y a
C'est frais, léger, tourbillonnant ! Mais quelle chute ! Dure, dure la vie !
·
Image de Terry Omø
Terry Omø · il y a
Superbe, tout simplement ! Sacré vent cruel ... heureusement que vos mots sont là pour sublimer l'histoire de ces malheureuses graines ! +1 !
·