1
min

Le truand de la ruelle

Image de AurelBig

AurelBig

53 lectures

6

Lui, se traîne et renifle ce qui est permis,
Il est à la recherche de sa pauvre proie.
Il se meut de façon inouïe, il côtoie
Les êtres maléfiques, les plus abrutis.

Ces humains, qui par la vie étaient étourdis,
Par l’étouffement d’une brutale courroie,
Ayant l’air douce et gentille, remplie de joie,
Elle les a séduits, endormis, affaiblis.

Le Mal, reprend sa grotesque remontée,
Corrompant chaque âme qu’il a affectionnée,
Il salit les hommes, en les laissant pour morts.

Leur précieuse enveloppe, solide mais vide,
Errant seule dans la noirceur du corridor.
Maintenant, ces êtres brûlent tel de l’acide.

6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
c'est fort noir, étrange lugubre et poétique ;-)
·
Image de JPM
JPM · il y a
Anges et démons
·
Image de Mick
Mick · il y a
Poème un peu alambiqué mais de jolis vers. Il y a sûrement moyen de faire plus "clair" mais il est tout de même bien écrit ;)
·
Image de AurelBig
AurelBig · il y a
Merci beaucoup ! Ce poème est effectivement difficile à comprendre. Il faudrait que je trouve du temes pour le retravailler.
·
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
On comprend difficilement puisque le il du premier couplet passe au elle dans la deuxième strophe. On ne sait pas s'il s'agit du même personnage. Peut-être que je n'ai rien compris, que je me suis fait truander
·
Image de AurelBig
AurelBig · il y a
Dans la deuxième strophe, le elle représente le mot courroie. Ce poème est difficile à comprendre, je te l'accorde. Je l'avais fait dans le cadre d'un cours :)
·