10 lectures

2

Elle aime les tramways déserts
Au petit matin, presque vides
Ou, très tard, quand ils ont des airs
De zone, de contrées arides.
Ils lui laissent de l’espace
Pour rêver à l’aise, pour rêver !
Occupant la dernière place,
Elle peut se laisser enlever.
Le regard perdu en arrière,
Elle a des éblouissements.
Mais, que voit-elle, là, derrière,
Provoquant ce ravissement ?
Et ces purs moments de présence,
D’où naissent-ils ? Le savez-vous ?
Sont-ils... les enfants de l’absence ?
Ou... attend-elle un rendez-vous ?
*
Elle aimait les tramways déserts
Au petit matin, presque vides,
Et son désir, tel un geyser,
D’inconnu la rendait... avide !
Seul, il faisait fondre la glace
De son cœur, déjà éprouvé.
Et elle rêvait qu’on l’enlace,
Regardait l’amour arriver,
Lorgnant sa forme singulière
Et ses premiers... frémissements,
Imaginait sa pose altière,
Rêvait son accomplissement.
Elle voguait avec aisance
Là où le « tu » chasse le « vous,
Y éprouvait la jouissance,
Celle qu’à l’aimé on avoue.
*
Aimes-tu les tramways déserts,
Au petit matin, presque vides ?
La jeune fille qui y erre,
Là-bas, au fond, l’air impavide,
Te fera-t-elle de la place ?
De vous voudra-t-elle rêver ?
Tu crains qu’un jour, elle ne se lasse ?
Mais... vous n’avez rien commencé !
Vite ! La voilà arrivée !
Saisis ta chance, la dernière,
Avant évanouissement !
Maintiens ouverte la portière !
Quitte cet ébahissement !
Elle a remarqué ta présence...
Pour le moment, tu lui dis « vous » !
C’est le début des confidences,
Allez !... Donne-lui rendez-vous !
*
Comme ils aimèrent ces déserts,
Au petit matin, presque vides !
Sur ce sujet, ils sont diserts,
Et sourient à travers leurs rides.

Thèmes

Image de Poèmes
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de J.M. Raynaud
J.M. Raynaud · il y a
pas de tram chez moi, mais des trolleys
·