1
min

Le tatoueur de songes

Image de Cindy Galdo

Cindy Galdo

0 lecture

0

Il m'arrive parfois de m'égarer dans des histoires fantastiques alors que la ville est depuis longtemps endormie, bercée par l'obscurité encore fraîche de ce mois de février. Je pensais que ces récits teintés de mystère et de magie étaient les seuls à pouvoir me faire voyager vers d'autres horizons, à me faire ressentir des choses palpitantes au milieu de mon quotidien éclatant de normalité... Mais ça, c'était avant de le rencontrer, lui, le tatoueur de songes. Un être à la beauté ténébreuse et mystérieusement fascinante. Son regard de bronze est troublant, déstabilisant, souligné par de parfaits sourcils arquées, il est accusateur pour certains mais peut devenir doux, tendre, sensuel et se teinté de fines feuillets d'or lorsqu'il croise le mien. Sa démarche est majestueuse, comme celle d'un lion, elle inspire le respect et la fierté d'un soldat victorieux au combat. Pourtant, entre les bonnes mains, il fait preuve d'une douceur, d'une innocence et d'une tendresse semblables à celle d'un petit chat. L'innocence est d'ailleurs mesurée, puisqu'il sait parfaitement la mélanger à la sensualité électrisante et magnétique qui émane de son corps, comme une aura qui vous enivre et vous emprisonne dans le plus beau des mondes. Son parfum, fraichement poivré, laisse un sillon derrière lui, comme une signature. Il habite chaque endroit qu'il visite, même lorsqu'il n'y est plus... Sa voix est remplie de contradictions, s'élevant dans les aiguës lorsqu'il est énervé, elle se feutre et se fait grave quand il est près de moi. Sa mâchoire volontaire se serre souvent de mécontentement face aux reproches ou aux contretemps, mais elle décide, toujours au bon moment, de se délier et de laisser ses lèvres chaudes, douces et ourlées effleurer les miennes avec une sauvage délicatesse dont lui seul a le secret. Son corps à  sans doute été sculpté dans le marbre blanc par les plus grand artistes des siècles passés avant de se constituer de sa chair ibérique et de sa peau aussi douce qu'une étoffe de soie préciseuse. Ses mains renferment le plus grand des pouvoir, celui de tatouer des arabesques translucides sur ma peau, qui s'illuminent lorsqu'il pense à moi, où qu'il soit. Parfois, lorsque la lune s'invite doucement dans le ciel, elles s'éveillent et s'illuminent pour marbrer mon corps de dorures, embraser mes sens et animer mon esprit de songes lascivement passionnés, comme si nos âmes et nos corps pouvaient se connecter, s'apprivoiser et s'aimer quelque soit la distance qui les séparent.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,