Le souffle d'un Mistral glacé

il y a
1 min
0
lecture
0
J'aime.
Sa première gifle acérée sur mon visage nu.

Sa colère grandit dans la ruelle étroite.
Il heurte les murs, jamais ne se lasse.

Dans la ruelle étroite, j'avance.
Il s'oppose à moi.

Je penche et m'arque-boute dans une lutte inégale.
Par lui j'existe.

Lui, toute la puissance de la rotation de la Terre.
Moi, muscles tétanisés pas le froid.

De la Terre il est la respiration.
Quel fétu, quelle poussière suis-je ?

Je lutte contre le cosmos, pas après pas.
Maistre, te résister - vivre dans l'univers.

L'air est épais.
Mes semelles de plomb font tourner la Terre.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !