Le serpent noir

il y a
1 min
39
lectures
4
C'est un sombre chemin qu'il va emprunter
C'est un trou béant
Qui mène vers le néant
Et à sa sortie, il va trouver un monstre féroce prêt à dévorer
Tout ce qui est beau, tout ce qui est vert, tout ce qui est vivant

Voici le parcours que l'insouciant avar va emprunter
Parce qu'il souhaite obtenir les richesses enterrées
Qu'il a si longtemps convoité
Si naif est-il de croire en la parole du serpent
Qu'il demeure hypnotisé par ses yeux de diamants
Voilà que l'avar le libère de ses châines de fer
Et exige en retour au reptile de creuser la terre
Pour lui ramener tous les trésors
Afin qu'il puisse accumuler d'innombrabes pièces d'or
Et pour qu'il devienne l'envié et le vénéré de tous les peuples

Mais dès que le serpent eut rempli sa promesse
Et avant même que l'avar puisse lui chanter une messe
Il sort ses dents pointus et le mord
Et lui déchire la chair aussi facilement que du porc
Là, il lui injecte son venin empoisonné
De sa morsure, une mer noire et gluante
Envahit son corps avec une odeur répugnante
Et l'ambitieux avar, qui voulut devenir le dieu doré
Devient subitement le condamné

La douleur du venin brise ses os et noye son coeur
Il se tortille, il se bouscule, il appelle au secours
Mais tous les gens l'abandonnent, ils ont tous peur
Abandonné, il part se réfugier dans sa tour
Tout en haut de son palais, son temple d'or

Mais le venin finit par l'achever
Il crache, il dégoûte, il vomit
Un sang noir qui, de sa langue, se met à couler
Le liquide se répand dans son palais, petit à petit
Jusqu'à ce que disparaissent les chambres de son palais
Et l'avar, avec son or, sombra dans le lac noir et fût oublié
À jamais


En hommage à la lutte autochtone de l'ouest américain et pour la protection de leur eau

4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,