Le sempiternel défi des songes

il y a
1 min
37
lectures
4

Joueur de mots. "Les mots qui vont surgir savent de nous ce que nous ignorons d'eux." (René Char)  [+]

Dans l’aube qui défile au rythme de nos chants, on avance, cœur serré, imaginant l’issue qui pirouette et s’envole comme un insecte fou, éperdu d’éternité aguicheuse et perverse, lascive au-delà de tout, comme un concept flou, mal maîtrisé par des neurones flasques, englués dans les vapeurs délétères, délicieuses (et somptueuses au fond) mais trompeuses comme le pourraient être des amazones ivres chevauchant d’éphémères et monstrueuses visions ou des serpents sauvages enserrant les chevilles du vagabond imprudent qui s’aventure sur la lande s’étendant bien au-delà de nos rêves les plus insaisissables, les plus inavouables et si prenants qu’ils nous font toucher l’étendue où s’évanouissent les sables et les vents facétieux qui jouent de nos émois que l’on croyait éteints et qui resurgissent éveillés, grimaçants, menaçants mais en y regardant, inoffensifs, vite maîtrisés et s’échouant à nos pieds, avachis et informes, lamentables, ils nous feraient pitié s’y nous n’y prenions garde et s’il ne nous fallait poursuivre le voyage qui nous prend tout entiers et nous pousse en avant, fatigués mais tenaces, éparpillés, mais unis d’un même élan, traquant notre propre espérance, l’étincelle de notre envie, foulant les herbes sèches qui craquent sous les pas, dérisoires existences, subsistant par défi ou par inadvertance, guettant la rosée qui jamais ne vient ou si brève que nul n’en à la mémoire ou ne s’en soucie, happé par l’instant qui seul suffit à la vie qui résiste et se bat dans l’aube qui défile au rythme de nos chants.
4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,