Le ripoète

il y a
1 min
183
lectures
23
Qualifié

"Toute vie n'est qu'un poème, un mouvement. Je ne suis qu'un mot, un verbe, une profondeur, dans le sens le plus sauvage, le plus mystique, le plus vivant " Blaise Cendrars  [+]

Image de Hiver 2021

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Ah, ma ville de cœur, Paris, que tu es belle !
Femme mûre et hardie, j’hume souvent ton teint.
Je suis cosméticien, ton coiffeur du matin
Et je m’en vais dès l’aube, collecter tes poubelles.

Nul homme ne pourra flétrir ta chevelure,
Nul assassin verser des déchets sur tes joues,
Je purgerai tes rues de ces îles d’ordures ;
Tes peaux mortes enlevées, je ravirais tes poux.

Ô vous que le hasard a mené à Paris,
Prenez au moins le soin d’arracher ses caries.
Lorsque tremblants, lourdauds, le ventre bedonnant,
Après un grand festin, on vous voit ronchonnant

Contre l’écologie, le tri et l’univers ;
Gardez, parbleu, la foi ! Classez, par Jupiter !
Dans le divin bio-seau, jetez les aliments ;
D’Apollon, de Gaia, craignez le châtiment !

Mettez les verres au coin, ils ne s’aigriront pas :
A l’infini phénix, ils ignorent le trépas.
L’emballage plastique a aussi son royaume :
Il a le recyclage au cœur de son génome.

Hardi les gars, réveillez-vous ; faisons la ronde !
Il est temps : cueillons les ordures ménagères.
Prenons à bras le corps les saletés du monde,
Menons au loin ces plats que la ville digère.

L’un partira en flamme dans le four de l’enfer,
Accouchant de chaleurs, vapeurs et mâchefers;
L’autre une fois déchargé, sera pressé en balle,
Et en centre de tri, ira donner le bal.

Les rebuts du jardin, moulus avec amour,
Iront se prélasser chez le bon digesteur,
Enfantant du compost et du biogaz rêveur,
Carburant des autos et engrais des labours.

Ah, que mon cœur brûle et que mon âme rêve
D’un monde nettoyé de toutes ses ordures.
Pour ce noble dessein, je trimerai sans trêve,
Plein d’élan, plein d’éclat, et même si c’est dur !

Quelle est donc ma maîtresse ? Viens là, Écologie !
Quelle est donc ma science ? C’est la Rudologie.
Mon étoile est la Vierge, le feu mon élément,
Le tri mon sacerdoce, et le gant mon amant !

On me nomme ripeur, éboueur ou poubellier,
Je suis un poète-soldat, un cavalier,
Et je tiens, tel un allumeur de réverbères,
La source des lueurs que la ville libère !
23

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Poèmes

L'anti-Babel

Arsène Englisson

J’aime m’installer dans ce petit café de la rue Nostrelli. L’endroit est calme, éclairé et l’on y respire un air frais et revigorant. J’y contemple les murs de pierre et les lourdes... [+]