Le poussin et la fée

il y a
1 min
43
lectures
11

Je n'ai qu'un cri : des fables, encore des fables  [+]

La fée des poulaillers offrit à un poussin
Sage, exemplaire, presque saint,
De devenir un homme.
« Tu as bien mérité, dit-elle, cette chance ;
Tes vertus et tes connaissances
Puis la façon dont tu raisonnes
Te font apte à rallier, ce soir, l'humaine engeance.
Acceptes-tu, petit ? Dis-moi ce que tu penses. »
Poussin mignon répond
Dans sa douce innocence :
« Merci, très chère fée, de votre précieux don,
Mais maman poule est ce que j’aime ;
Je ne puis la quitter, ni ma cousine Hélène,
Mon père, mes amis, les gentils canetons...
Puis je vis bien ici : j’ai la panse assez pleine,
Je mange du bon grain, de l'avoine, du son...
Pourquoi devrais-je envier les gens de race humaine ? »

Deux choses suffiront pour vous sentir comblé :
De l’amour et du pain. Est-ce peu ? C’est assez.
11

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !