Le petit arbre de rien du tout

il y a
1 min
428
lectures
188
Qualifié

De retour parmi vous avec des histoires qui, je l'espère, vous plairont! N'oubliez jamais: l'imagination est un pays sans aucune frontière  [+]

Image de Automne 2018
Il existait autrefois, en bordure d’une route de campagne,
Une famille entière d’arbres qui vivait paisiblement.
Solides et puissants chênes dignes des fameux mâts de cocagne,
Ils s’épanouissaient sous la chaleur du soleil nourrissant.

En véritable colosse imposant de bois et d’écorce,
Le chef de la futaie se dressait en proue de sa lignée.
Avec la majesté des plus grands rois, il trônait avec force,
Couronné par un feuillage qui dépassait la canopée.

La seule ombre qui entachait cette existence bucolique
Était la honte qu’il ressentait en voyant son héritier.
Le dernier rejeton avait l’allure bien rachitique,
Fragile comme une brindille et pas beaucoup plus haut qu’un bolet.

Ce petit arbre de rien du tout n’avait aucune chance
De survivre au pied de ce père que jamais il n’égalerait,
Ni en charisme, ni en respect ou encore en puissance ;
Lui que le vent, au moindre de ses souffles, pouvait déraciner.

Mais une nuit où la pluie se mêlait au brouillard,
Le hasard décida de rebattre les cartes d’un destin trop moelleux.
Une fourgonnette percuta de plein fouet et en pleins phares
Le chef de la forêt, qui faillit bien se retrouver coupé en deux.

L’accident ne faisant pas de morts, il laissa pourtant le grand chêne
Tellement fissuré que sa plus grande partie menaçait de tomber.
Alors qu’il incarnait la magnificence et la force sereine,
L’arbre légendaire ressemblait maintenant à un vieillard voûté.

Cette terrible situation provoqua chez notre petit arbuste
Une consternation et un refus de voir mourir ainsi son papa.
Alors il décida de se battre contre ce destin funeste si injuste,
Et de toutes ses racines si frêles il poussa et poussa et poussa.

De mémoire d’arbre on n’avait jamais vu aussi touchant spectacle :
Le minus devenait à vue d’œil un géant à l’écorce dure.
D’aucuns certifient que l’amour est à la base de ce miracle
Qui marqua un véritable tournant dans les histoires de verdures.

Le jeune arbre qui grandissait au plus proche de son père condamné
Mêla ses branches robustes à celles du patriarche cabossé.
Il l’enlaça si fort qu’il finit par réussir à le redresser
Et à lui redonner sa prestance des meilleures années.

Le temps s’est égrainé depuis cette histoire émouvante,
Mais les promeneurs peuvent encore aujourd'hui admirer,
Au détour d’une balade dans cette forêt chatoyante,
Un enfant qui serre très fort son père pour l’éternité.

188

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !