Le Pèlerin-du-rêve (VII)

il y a
1 min
147
lectures
83
Qualifié
Image de Automne 2018
Hors du monde, une goutte de néant
Soumise, à lui, esclave des plus tristes
Pour s’évader, pour veiller sur le corps

Endormi, prisonnier éternel
Oubli au monde muet
Somnambule grotesque
Avorton d’ici-bas
Martyr tout en haut
L’arc-en-ciel cruel
Inventeur de paresse :
Sieste de sagesse,
Charitable supplice
Subtil et dérisoire

– Grossière torture !
Fièvre de l’ignorance !
Dévouement primitif !
Pureté qui s’invente
Des vaincus éveillés ! –

Déchirante vision
De l’esprit endormi
Là-bas la nuit des autres...

Vite, par-delà, le jour,
– Récompense trop lente –
Pitié !... Je le vois bien
– Mendiant les apparences
D’une vie dévouée –
Sur des remparts – en ruine
vieilles pierres usées –
Lui, lui seul, déambule,
Le Pèlerin-du-rêve,

Visage sans visage
Forme sans forme, songe
À l’Éden, assez loin
De l’Esprit d’un salut
Endormi seul vaincu.

– Prends garde ! Pas si vite !
Exerce-toi ! D’abord
Aux instincts explosifs,
Qui, éclairent parfois
La fuite et le secours... –

Je me révolte et confesse à la trahison
Ma chute, mon sommeil, une même nuit,
– Toujours – sans que s’émeuve
Le Pèlerin-du-rêve
Tyran dès la naissance
Déjà rêveur... Esclave
De l’oreiller mystère...

J’exècre l’évocation du confort des autres...
Absolument mensongère... Des faux-amis.

Les rêves s’effacent, le cauchemar détale
Aussi, brutal menteur, loin des gens éternels.

83

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,