1
min

Le non-pardon

3 lectures

0

J'ai longuement prié la divinité à la face floue
De me délivrer de mon démon,
Et quand je me relevai de ma prosternation,
La divinité avait la face de mon démon.
J'ai longuement lutté dans l'entonnoir du non-pardon
Au strict goulot vrillé ouvrant sur d'autres mondes,
Et quand je vis s'ouvrir les portes du salut,
Le reflux avait remporté tout
A l'entrée du trou noir, au pas de vis du même monde,
Réassurance du pardon, de la face connue,
Du démon qui me joue et me floue.
J'ai longuement tenté la conciliation
Du vivre et du non-vivre, d'être ici et là-bas,
Et de cercle magique en incantation, de faux-semblants
En vaines prétentions, je me retrouvai nue,
Revenue sur mes pas, lassée de n'être pas.
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Mais quand enfin j'ai cessé de prier,
Mais quand enfin j'ai cessé de lutter
Et de prétendre, l'oubli, le bienfaisant sommeil
M'ont emportée, vidée, vers un vertigineux éveil
Peuplé de nouveaux mondes et de nouveaux démons.
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur