1
min

Le navire du poète

Image de Eronali

Eronali

18 lectures

0

Frêle comme un radeau, et pourtant téméraire,
Il a coque grossière, martelée par les flots.

C'est au gré de l'auster, aux caprices de l'eau,
Que sa hâte légère, glisse comme un roseau.

Son hôte y laissa lierre, et on ne trouve à bord,
Qu'une lyr singulière, un semblant de fricot.

Et il nie les frontières, les chansons des badauds,
Et n'a pas la prière, de souffrir leurs garrots.

Le poète ? Il est homme, et son esprit solaire,
N'est pas une genèse, mais une vision du globe.
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur