Le monologue de l'horloge du Musée d'Orsay

il y a
1 min
12
lectures
4
Pas une pause, pas un repos toute cette vie à tourner rond
Parfaitement huilée, ressorts bien réglés,
J’en ai mesuré
Du temps qui ne repasse jamais

Des secondes bénies de retrouvailles amies
Des minutes volées aux rendez vous secrets
Des quart d’heure bien difficiles à nettoyer
Et des heures dévorées au pain de l’ennui

Ensuite , je passe l’aiguille au calendrier
Et je retourne me coucher

Mais vous les humains, vous n’arrêtez jamais
Je vous vois là, je vous parle et vous ne me regardez plus
L’œil rivé à vos poignets, vos écrans,
L’heure pile votre temps,
Et tient votre main à chaque instant


Moi, Maintenant
Je suis horloge de Musée
Au fond ,je suis contente,
Me voilà intermittente
Laissant le temps filer, tant que vous me le permettez
Et que moi, je n’ai plus à compter


Avant, l’heure, c’était l’heure
Imaginez la Tour Eiffel
Livrée après l’Expo Universelle
Les trains partant sans voyageurs
Et les voyageurs restés à quai
Occupations dé-vaquées
S’en retournant prendre leur temps délaissé
Imaginez ,
Si j’avais avancé d’une heure chaque jour d e vos vies
Quel âge auriez vous aujourd’hui?
Où auriez vos décampé si j’avais gardé l’heure d’été ?


Et si toutes les horloges des gares s’étaient arrêtées
Tous les wagons, barricadés, fermés, auraient ils cessé d’exister ?
Si j’avais lu les pensées de ces hommes affairés
J’aurais sonné le glas de leurs idées embrigadées
Moi qui tourne rond, mais pas en rond, j’aurai retardé , retardé
Pour effacer le passé de tous ces prisonniers
Alors, je me serais glissée dans le gousset de cet homme élégant qui bavardait gaiement sur le quai du mois d e Mai
cachée dans le panier de cette fillette aux cheveux clairs qui se jetait dans les bras de sa mère
puis dépêchée de réparer le temps défait des adieux empêchés

Mais, à cet instant, je suis
Horloge de musée
Non, je suis désolée ,
Je ne suis pas là pour vous amuser
Ni épater la galerie
Mon temps compte à contempler
Des toiles rénovées,
Des portraits dépoussiérés
Des Manet , Sérusier
Des Nabis des Monet
Et Renoir, mon préféré
Vous ne m’entendrez plus
Mais le temps compte autant
Pour moi, à cette heure
Car j’ai trouvé mon bonheur
Je laisse le temps filer, tant que vous me le permettez
Et que moi, je n’ai plus à compter
4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,