Le grand balcon

il y a
1 min
182
lectures
92
Qualifié
Image de Automne 19

Suspendu entre ciel et terre, le grand balcon
Parfume ses barreaux rouillés de roses, nectar
Vermeille offert au caprice des vents courants.
Pétales de soie, légers, ils s’envolent épars,
Fines hélices et rougissent le sol blafard.

Le grand balcon d’antan se maintient sans espoir
À la façade trouée, seul, abandonné.
Il ne reste plus que lui... Les autres, en bas,
Les pierres brisées, agonisent dans leurs fers,
Amas souillés où grouillent des rats et des vers.

Là-haut, le grand balcon regarde l’horizon,
Blanc de l’écume dans bleu de la mer.
Des voiles opalines, ailes géantes immobiles,
Flottent à la surface des eaux. Pauvres hères,
Dans le balcon, des volatiles ont fait leurs nids.

Sur la muraille qui s’écaille, couleur plomb,
Il n’y a aucun bruit ; on n’entend que leurs cris.
Un jour, on minera la tour nue en béton,
Et tout disparaîtra dans un nuage gris,
Les roses et les nids avec le grand balcon.

92
92

Un petit mot pour l'auteur ? 28 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Oka N'guessan
Oka N'guessan · il y a
J'adore cette originalité , bravo Belle plume, +2 voix je vous invite aussi a le voter https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-lumiere-10
Image de Eric Nedelec
Eric Nedelec · il y a
j'aime beaucoup, c'est très original, en lisant votre texte on a presque envie de lever la tête pour le voir ce balcon... Je vous invite à découvrir ma prose avec une micro nouvelle "il manquait un voyageur"
Image de Marc Cambon
Marc Cambon · il y a
Et vous êtes de dos sur un balcon et vous êtes un tableau de Dali, mes voix.
Image de Joyce Attal
Joyce Attal · il y a
Merci.
Image de Joyce Attal
Joyce Attal · il y a
Quand tout disparaîtra, il restera les racines des roses qui refleuriront, un œuf ou deux qui éclora, nourri par une femelle miraculée. Et la vie renaîtra sur les vestiges de l’humanité, comme il en a toujours été.
Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
Quand tout disparaîtra, il restera cela : quelques mots jetés sur ce qui a été.
Image de Joyce Attal
Joyce Attal · il y a
J adore votre suite.
Image de Robert Lee Pime
Robert Lee Pime · il y a
Beaucoup d'émotion, l'ombre du passé...
Image de Joyce Attal
Joyce Attal · il y a
Merci
Image de J. Chablik
J. Chablik · il y a
J’ai beaucoup aimé le travail sur les couleurs au-delà de l’évocation de ces bâtiments condamnés qui ont pourtant abrité bien des tranches de vie
Image de Joyce Attal
Joyce Attal · il y a
Merci beaucoup.
Image de Christophe Pascal
Christophe Pascal · il y a
J'aime beaucoup!
Image de Chateaubriante
Chateaubriante · il y a
une tour désertée
ce balcon se tient là, seul et fier
il s'y pose des fleurs et aussi des oiseaux
mais il est en sursis
tel que nous le sommes tous (j'ai cru voir un vieil homme qui regardait la mer, l'horizon)
mon soutien

Image de Joyce Attal
Joyce Attal · il y a
Merci. Il y a effectivement un être humain qui regarde à l'horizon la mer, tel qu'on pourrait l'admirer, accoudé au balcon. L'éphémère est symbolisé par la construction de béton et de fer, matériaux humains, alors que la nature omniprésente et intemporelle se manifeste par sa candeur et sa beauté, au delà de l'humain qui abandonne ce qu'il a créé pour recommencer ailleurs, et sans cese.
Merci pour votre voix.

Image de Sandrine Michel
Sandrine Michel · il y a
Je n'ai pas envie de le voir disparaître ce si joli balcon...
Image de Joyce Attal
Joyce Attal · il y a
Rien ne disparaît si des mains bienveillantes ramassent, soignent, reconstruisent et protègent.

Vous aimerez aussi !