1
min

Le goût des mûres

Image de Yannick Pagnoux

Yannick Pagnoux

338 lectures

232

Qualifié

Aux abords d'un chemin, étendant ses atours
La ronce dangereuse attirait de ses charmes
De jeunes garnements, les yeux emplis de larmes
S'écorchant les mains sur l'épine aux durs contours.

Sur la branche alourdie, hurlait aux alentours
Le désir doucereux de serins faits gendarmes
Convoitant de leurs becs les secrètes alarmes
D'obscurs grains scintillants par leurs sucrés pourtours

Quand enfin paraissait, la délicate amie
Égayant de couleurs, la forêt endormie
Tous savaient que ce jour deviendrait enjôleur.

Et dans les cœurs d'enfants, coulait un jus noirâtre
Enrobant leurs lèvres des plaisirs d'un théâtre
D'une vie débutant sans vilaine douleur.

PRIX

Image de Été 2018
232

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un beau sonnet sur la jeunesse.
Je vous invite "A l'horizon rouge" en finale du Prix lunaire.

·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Très parlant, bravo !
·
Image de Noemie Fraudet
Noemie Fraudet · il y a
Beau texte
·
Image de Marie
Marie · il y a
J'aime beaucoup votre goût des mûres. Je vote
Si vous souhaitez découvrir l'un de mes textes https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/loin-des-yeux-loin-du-coeur

·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
ce goût des mûres est vraiment enchanteur, mes 5 pièces d'or bien mériétées
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
je ne me casse pas la tête à le décortiquer - +5 et c'est bon
J'ai eu assez mal au crâne depuis ce matin - même que je viens d'écrire mon huitième sonnet depuis le 11 mars et je commence vraiment à m'améliorer à force de lire les conseils partout

·
Image de Yannick Pagnoux
Yannick Pagnoux · il y a
Le classique c'est le plus difficile avant d'en écrire il faut en lire et évidemment il ne faut pas commencer par les plus rudes genre Charles d'Orléans ou Agrippa d'aubigné, Appolinaire, ou Verlaine me semble un bon compromis, ensuite évidemment Baudelaire, mais si vous avez mal à la tête lisez Myrtho de De Nerval là vous comprendrez le pire moment de compréhension de la poésie lol.
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Je suis allée lire Myrtho - grrr - ça me fait penser à mes 3 premiers sonnets d'il y a 3 ans - c'est compliqué et imbuvable - cette année, je m'y remets mais j'essaie de faire plus léger et abordable ...
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Le goût de l'enfance !
·
Image de Christiane Tuffery
Christiane Tuffery · il y a
comme Fred, des virgules me gênent. Et comme Sylvie ci-dessous, je ne vois pas qui est la délicate amie.
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Je n'ai pas compris la strophe où figure " Quand enfin paraissait, la délicate amie ". Pour le reste j'ai savouré ces mûres dont chaque grain est détaillé avec subtilité.
·
Image de Yannick Pagnoux
Yannick Pagnoux · il y a
le petit fruit lol c'est une forme de métaphore pas terrible je l'avoue mais ce texte manque de travail.
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Délicieux sonnet, quel beau travail ! Et le bon goût en plus. Tous mes votes !
Deux remarques, les virgules me semblent bizarrement placées aux vers 9 et 10, je le aurais mises à la fin pour respecter le sens des phrases.
Et comment prononces-tu à voix haute le vers 13 en restant fluide ?
(Remarques de pure amatrice...)
Question subsidiaire : ta présentation indique que tu n’es là que pour lire. Concourir ne compte donc pas ?
Cordialement.
Merci pour ton petit « cours » instructif sur le forum.

·
Image de Yannick Pagnoux
Yannick Pagnoux · il y a
non je te confirme je ne concoure pas, je passe par la sélection pour le partage et être plus visible, le placement des virgules c'est volontaire pour des souffles imposés, des pauses, et là effectivement vers 13 il en manque une comme quoi j'ai pas assez bossé lol.
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Tu es plus fort que moi alors je ne discuterai plus tes virgules mais elles sont quand même peu conformes au sens de la phrase car tu mets une virgule entre les verbes et leur complément d’objet direct...enfin bon encore une fois le poète est maître chez soi, je ne vais plus t'embêter, c’etait par curiosité, quant au vers 13, non je n’aurais pas mis de virgule, c’est juste que prononcer la syllabe « vres » à l’hémistiche enlève de la légèreté. Encore pardon de mes impressions de béotienne. Je m’intéresse à tes écrits et mes remarques sont juste une marque d’intérêt. Merci d’avoir répondu !
·
Image de Yannick Pagnoux
Yannick Pagnoux · il y a
J'avoue ce texte manque vraiment de travail, il manque beaucoup de virgules notamment au vers 7 et 8 un point, de même pour les vers 9 et 10 mais c'était délibéré. Maintenant qu'on me le dit je ne m'en suis pas aperçu parce que j'ai composé avec ma lecture que je connaissais sans penser aux lecteurs ce qui est une bourde; après ce vers 13 il y a un rejet dans ce vers, mais c'est un effet loupé effectivement, alors oui la prosodie est pratiquement respecté à une exception d'où mon terme de néoclassique en classique vers 14, vie aurait compter deux syllabes.
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Tout va bien, Yannick, il ne faut pas être trop sévère avec toi même, cela dit je comprends ton perfectionnisme. Amitiés.
·