Le fils prodigue

il y a
1 min
23
lectures
0
Image de Printemps 2017
Maudit sois-tu, homme de tant d'effroi !
Moquée demeure la pâleur de ton ire
Tu es la honte et le cercueil des rois
Ton cadavre pleure ton sang où se mirent

L'oeil de Satan et la fureur de l'hydre
Hideur jalouse de l'esprit qui te porte
Rebut du temps, dont les lourdes clepsydres
Pèsent ton âme comme une beauté morte

Où vas-tu donc alors ?
Lumière perdue tout au fond de la nuit
Oublieux de l'aurore

Ne vois-tu pas que c'est pour toi qu'elle luit ?
Et t'aime, épouse plus fidèle que la mer
Malgré tes pleurs, et tes remords amers
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,